Retour au hockey

L’humiliation publique à laquelle s’est soumis Geoff Molson hier, et le refus de Bergevin de répondre aux questions incessantes des journalistes sur l’affaire Mailloux, semblent avoir réussi à enfin mettre le couvercle sur l’ébullition woke dont nous avons été témoins ces derniers jours. Les wokes ont fait plier les genoux de l’organisation montréalaise, mais sur le fond, celle-ci a évité de se renier totalement. Le jeune Mailloux est toujours propriété du CH, et on va tenter de le cacher à London le plus longtemps possible, en espérant que la qualité de son jeu validera le bien fondé de ce choix en bout de course.

Cela nous laisse avec ce qui est le vrai sujet de ce blogue, un sujet plus léger, moins conséquent, le hockey, en général, et celui de la LNH et du CH en particulier. Où en est le club montréalais après que le plus gros de l’action de l’entre saison ait eu lieu? J’ai aimé le repêchage du club encore cette année. On a pu comprendre entre les lignes que Mailloux était très haut sur la liste de du CH, tellement qu’on a jugé que de le choisir valait le coup malgré la tempête qui suivrait. Aussi, le CH a une très bonne feuille de route dans le repêchage de défenseurs. Si Mailloux devient un défenseur élite, le club se félicitera en secret, dans quelques années, d’avoir eu le cran de le repêcher. Je dis en secret, car ce qu’on a vu ces derniers jours fut un grand ballet d’hypocrisie, pas seulement de la part de la direction des Canadiens, mais aussi de la part d’un grand nombre de journalistes et de commentateurs qui se sont sentis obligés d’adopter l’indignation de circonstance au lieu de donner le fond de leur pensée sur cette histoire. Enfin… J’ai aussi aimé les autres choix de l’équipe. On a misé sur le talent d’abord et avant tout. Joshua Roy a le potentiel de devenir un vol de grand chemin s’il décide de vraiment devenir un joueur professionnel et d’y consacrer les efforts nécessaires. Il est un des plus jeunes joueurs repêchés cette année, et il est identifié comme surdoué depuis qu’il a 14-15 ans. Sa marge de développement est énorme.

Pour ce qui est de l’alignement de l’équipe pour l’an prochain, Bergevin a clairement décidé de miser sur la jeunesse. Ce club sera aussi bon que le seront Suzuki, Kotkaniemi, et dans une moindre mesure, Evans, Poehling, Caudield et Romanov. Je place Suzuki et Kotkaniemi en tête de liste suvis de Evans et Poehling car la plus grosse décision de Bergevin cet été a été de laisser partir Danault qui était l’ancrage de sa ligne de centre, celui qui rendait la vie plus facile aux autres. Il n’est maintenant plus là. Les jeunes devront grandir vite et absorber la pression. Il est aussi ironique de voir qu’il ne reste que Gallagher comme membre de son trio des dernières années. Un grand mystère en ce qui me concerne. Sa gourmandise salariale a expulsé Danault de l’équipe. On peut dire ce qu’on veut, mais c’est un fait.

Sinon, Bergevin a fait du rapiéçage hier en mettant sous contrat pour trois ans David Savard et Mike Hoffman. Ils remplacent Weber et Tatar, joueur pour joueur. Je ne pense pas que le CH sorte gagnant de ces deux substitutions. Si Tatar n’était pas assez bon et fiable pour jouer en séries, imaginez ce que ce sera avec Hoffman. Pour la première fois, en théorie, le club pourra compter sur Caufield et Drouin en même temps dans l’alignement. Si Drouin n’est pas troublé de façon permanente, ça pourrait être positif. Cedric Paquette offre de la profondeur au centre si Poehling n’arrive pas à s’imposer sur le quatrième trio. Même chose pour Chis Wideman en défense. Il y a aussi Kaiden Guhle qui aura une chance de forcer la main de Bergevin au camp. L’idéal serait qu’il joue une autre année junior, mais en même temps, s’il avait déjà une année pro dans le système l’an prochain, ça aiderait à être patient avec les autres jeunes défenseurs qui arriveront alors, les Harris, Struble, Fairbrother et Norlinder. Ceci dit, Norlinder sera au camp cet automne et Bergevin a mentionné hier qu’il aurait sa chance de percer dès cette année.

Finalement, quand on regarde le portrait salarial du club pour 2022/23, on se rend compte que les choses ne cadrent pas. Avec la signature de Kotkaniemi et Lehkonen, et le retrait du salaire de Weber, le club sera une couple de millions sous le plafond pour cette année, sans autre ajout, mais l’an prochain il n’y a que le contrat de Chiarot qui se termine, et qui compte pour un bon montant (3.5 M$). Toutefois, Suzuki sera dû pour une énorme hausse de salaire, et Romanov sera aussi dû pour son deuxième contrat. Le problème, c’est que tous les hauts salariés à l’avant ont encore au moins deux ans de contrat à faire. Il est donc clair que Bergevin devra transiger un ailier, ou procéder à des rachats pour faire cadrer les choses.

Ce club en est donc un qui est encore en période de transition. Les jeunes n’ont pas encore pris le contrôle qui est nécessaire pour faire du club un aspirant sérieux à la coupe. La percée en finale n’est pas un juste reflet de la qualité réelle de cette équipe pour l’année qui vient. Le plus important la saison prochaine sera de voir une amélioration des jeunes centres de club. Il serait aussi très important de voir Cayden Primeau s’imposer à un moment donné comme le futur gardien #1 de l’équipe. Price est souvent blessé, alors il est probable qu’il y aura une fenêtre d’opportunité pour lui en appui à Allen. Le repêchage d’expansion de Seattle a brisé le tabou Carey Price. On sait maintenant que l’organisation peut s’en départir si le contexte s’y prête. Elle ne le fera pas sans une alternative valable entre les poteaux, et cette alternative possible, pour le moment, c’est Primeau. Aussi, avec l’état des hanches et des genoux de Price, il faut se souvenir qu’il est un candidat pour finir sa carrière sur la LTIR. Réussir à soustraire ce contrat de la masse salarial du club donnerait beaucoup de flexibilité pour les années à venir. Il faudra payer Suzuki, mais aussi Caufield et contrairement à certains, je persiste à penser que Kotkaniemi va pleinement éclore. L’évaluation de ce joueur est biaisé par son rang de sélection, et son arrivée trop hâtive dans la LNH, compte tenu que c’est un joueur à maturité tardive. Il commence juste à ressembler à un homme.

Je pense donc que l’organisation demeure sur la bonne voie, malgré l’erreur flagrante qu’est la perte contre rien de Danault. Cette perte fragilise le court terme, mais pas le moyen et long terme. Le pipeline du club demeure solide et Bergevin continue d’éviter de donner des choix ou des espoirs de qualité. Cette approche est la bonne et j’espère qu’on continuera de la maintenir.

La liste des blessés à long terme le talon d’Achille de l’équité dans la LNH

L’utilisation de la liste des blessés à long terme est le point très faible du système de contrôle économique mis en place par la LNH. Ça va de l’extension du plafond salarial au repêchage d’expansion de la LNH. Tampa Bay n’ont pas été les premiers à jouer avec les règles, plusieurs équipes l’avaient fait avant eux, mais Julien Brisebois à pousser la logique à la limite. Du moins c’est ce que je pensais avant de voir Marc Bergevin utiliser l’incertitude possible quant à l’état de santé de certains de ses joueurs clés, faisaunt miroiter le fait que Weber et Price pourraient se retrouver sur la fameuse liste, pour ne pas protéger ses deux vétérans tout en espérant dissuader Seattle de prendre un ou l’autre. De l’extérieur, et avec les informations finement coulées à certains journalistes, cela semble être la stratégie du CH pour conserver Weber, Price et Allen. Peut-être que tout cela est une fausse interprétation des faits, mais c’est ce qui circule actuellement, et si c’est la réalité, Montréal .tire lui aussi l’élastique réglementaire, mais d’une autre façon. Au travers de tout ça, la LNH a l’air d’une ligue de magouilleurs qui étirent les règles à la limite. Si on ajoute l’arbitrage souvent indigne d’une ligue professionnelle sérieuse lors des dernières séries, disons que ça laisse très songeur. On verra si on arrive à distinguer le vrai du faux dans toute cette histoire impliquant Price et Weber, mais pour le moment cela ne donne pas une bonne image à la ligue. Le repêchage d’expansion devrait avoir lieu à un moment où Seattle peut avoir un bilan de santé certifié à propos de chaque joueur.On peut bien spéculer tant qu’on veut, mais pour le moment il est bien difficile de séparer le vrai du faux, donc, de prédire ce qui va survenir.

Fin amère d’un superbe parcours, et quelques idées pour l’avenir

Le CH a été éliminé hier, Tampa a gagné la coupe, malheureusement, il est difficile de ne pas avoir un goût amer dans la bouche car le CH aurait vraiment pu gagner. Carey Price qui est la raison principale de la présence du CH en finale a avoué après le match d’hier ne pas avoir assez bien joué lors des trois premiers matchs. C’est quand même bizarre de voir que Price est plus réaliste et honnête sur lui-même que certains journalistes et commentateurs qui en mettent toujours trop à son sujet. Ceci dit, le CH n’a pas perdu cette finale à cause de Carey Price. Le club montréalais faisait face à un club paqueté qui a profité au maximum des faiblesses qui existent dans les règles du plafond salarial. Tampa a aussi largement été favorisé par l’arbitrage, et il y a des questions à se poser sur la légalité de l’équipement de leur gardien. On avait supposément resserré les règles sur les dimensions de l’équipement des gardiens. Le moins que l’on puisse dire c’est que la taille de l’équipement du russe était un peu comme la masse salariale du club, au-dessus de la limite. Tampa ont gagné en cinq, mais il n’ont eu le dessus clairement que dans deux matchs. Cette série pourrait facilement être 3-2 pour une ou l’autre des deux équipes, actuellement. Ceci dit, malgré tout ce que je viens d’écrire, je pense que Tampa avait la meilleure équipe, mais à masses salariales égales, cette différence aurait été réduite de beaucoup.

J’ai regardé la situation de Tampa sur CapFriendly et pour l’an prochain Tampa dépasse déjà le plafond de 4.25 M$ et ce en perdant Goodrow, Coleman, Ross, Savard et McElhinney. Si on remplace ces cinq joueurs par des joueurs à 800,000$ par année en moyenne, Tampa est au-dessus du plafond de 8.25 M$ pour l’an prochain. Quelles règles pourront-ils étirer cette fois pour ne pas trop s’affaiblir? Tampa est le premier club qui profite autant des failles dans les règles du plafond, et c’est clair pour moi que ça enlève du lustre à leur victoire. En plus de ça, la ligue a pensé que c’était une bonne idée de les favoriser en plus par l’arbitrage. Le biais était clair et ne peut s’expliquer que par une directive de la ligue. Je le sais que ça semble fou, mais le vent ne peut pas souffler toujours du même bord ainsi, et le CH a été désavantagé par l’arbitrage dans toutes ses séries. Dans certains matchs c’était plus évident que dans d’autres, mais le club montréalais n’a jamais été favorisé. Le mieux qu’il a pu obtenir c’est quelques matchs où l’arbitrage était juste des deux côtés, mais le plus souvent l’adversaire du CH était favorisé et c’était particulièrement évident dans le match d’hier soir.

Une fois la poussière retombée, je pense qu’on se rendra compte que cette percée jusqu’en finale aura un impact très positif sur l’organisation. Il y a maintenant de l’expérience des séries à l’interne qui ira bien au-delà des vétérans actuels. Des jeunes comme Caufield, Suzuki, KK et Romanov savent ce qu’est le plus haut niveau en séries. C’est important pour un jeune de connaître la limite supérieure pour savoir ce que ça prend et où il en est rendu dans son développement. Kotkaniemi est peut-être déçu de ne pas avoir joué les deux derniers matchs, mais en même temps, s’il est honnête avec lui-même, il sait qu’il n’est pas encore assez bon. Romanov aurait dû jouer plus de matchs, mais ceux qu’il a joué sont suffisants pour lui donner cette référence sur ce qu’il doit améliorer. Il y a aussi Jake Evans qui a prouvé qu’il pouvait être plus qu’un centre de 4e trio. Evans vient d’avoir 25 ans, mais comme Danault au même âge, il a encore de la marge de progression. Parlant de Danault, il a prouvé qu’il était un élément essentiel de cette équipe et Bergevin et lui doivent trouver un terrain d’entente raisonnable.

Au-delà du résultat final, le bon côté de cette épopée en séries est que le club l’a réalisée sans sacrifier de prospects et de choix très significatifs. Le solide pipeline du club est intact et le club a 11 choix pour le prochain repêchage. Bien sûr ces choix sont maintenant plus tardifs, mais en cette année particulière, repêcher plus tard sera moins pénalisant car l’élément chance jouera plus cette année, les espoirs n’ayant pas pu jouer autant de matchs qu’à l’habitude. Ce qui permet de penser que de très bons jeunes vont être repêcher plus tard qu’il ne l’auraient été lors d’une année normale.

Pour la suite, beaucoup dépendra de la qualité de la gestion de Bergevin. S’il cède à son côté émotif et s’accroche à certains vétérans, dans l’espoir de répéter ce que le club vient d’accomplir, ce sera problématique. Par contre, s’il se montre pragmatique et profite de la plus-value de certains vétérans après ces séries, il pourrait faire évoluer son équipe vers plus de jeunesse. De toute façon, le plafond salarial va le rattraper à cet égard. Si j’étais DG du CH, je laisserais savoir à mes homologues qu’il n’y a pas d’intouchables sur l’équipe, non pas parce que je voudrais échanger tous les vétérans, mais bien pour attirer toutes les offres possibles et ainsi jauger mes options. Ce faisant, sans le dire ouvertement, j’espèrerais obtenir une offre valable pour Brendan Gallagher. Je persiste à croire que le contrat qu’on lui a accordé l’automne passé était une énorme erreur. On a vu que le CH aurait très bien pu s’en tirer sans lui. On le dit blessé à l’aine, alors à plus forte raison ça montre que le club peut s’en tirer sans lui, et l’échanger permettrait de ramener sans problème Danault, Armia et même Tatar. Pour le repêchage de l’expansion, je laisserais Shea Weber sans protection. Ça permettrait de garder le top-4 en défense, et si d’aventure Weber était réclamé par Seattle, ça libérerait 7.8 M$ sur la masse salariale. Assez pour payer un Seth Jones obtenu par voie de transaction, ou bien, de façon plus modeste, de signer un David Savard qui deviendra UFA et que Tampa ne peut pas payer. Savard est droitier et cela donnerait quand même un bon top-4.

Pour Seth Jones, si on se fie à la transaction d’Erik Karlsson à San Jose, le CH pourrait offrir Jake Evans, Ryan Poehling, Jesse Ylonen et ses choix de 1e ronde 2021 et 2022. Jones est un droitier et deviendrait le défenseur #1 du CH alors qu’il aura 27 ans en octobre 2021. Bien sûr, cette transaction serait conditionnelle à la signature d’un contrat à long terme par Jones à Montréal, et à l’échange de Shea Weber ou à sa perte à Seattle. Le CH a la profondeur dans son pipeline pour absorber le retour qu’il devrait donner. Ce n’est qu’un exemple de transaction possible, un ordre de grandeur de ce qu’il faudrait donner. Un Jonathan Drouin remis de ses problèmes pourrait remplacer un des joueurs que j’ai inclus. Cette transaction renforcerait de beaucoup le côté droit de la défense du CH, sans toucher au pipeline à gauche. Cela apporterait beaucoup plus de mobilité, sans sacrifier l’aspect physique, Seth Jones faisant 6’04” et 215 lbs. Avec la percée du CH, Montréal pourrait devenir une destination intéressante pour Jones.