Continuez la discussion

On m’a réclamé un nouveau sujet car le précédant commençait à être trop long pour être pratique. Je n’ai pas vraiment de sujet qui m’inspire pour écrire un nouveau texte. Alors une première sur ce blogue, seulement quelques lignes pour vous inviter à aborder le sujet hockey qui vous intéresse. Je reviendrai avec plus de substance quand les choses reprendront ou si Hughes nous surprend avec une transaction majeure.

173 avis sur « Continuez la discussion »

  1. J’aime bien Corey Pronman dans Athletic, il présente son analyse des meilleurs espoirs club par club, du pire vers le meilleur. A ce jour il a présenté les clubs de 9 @ 32 et le CH n’est pas encore sorti… ça regarde plutôt bien !

  2. Sacré Mathias! Comme s’il ne savait pas que Price deviendrait le premier joueur du CH qui n’a pas gagné la coupe Stanley à voir son numéro retiré. De plus, il omet de mentionner que Price est le gardien qui a joué le plus de matchs pour le CH dans l’histoire de l’équipe, et ce par une bonne marge, environ 160 matchs de plus que Plante et Roy. Je ne me voile pas les yeux, à la glorieuse époque du CH il aurait gagné des coupes, mais Roy en a gagné deux avec le Conny Smythe après la glorieuse époque du club.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-08-24/rondelle-libre/carey-price-un-immortel.php

  3. Suite) dans l’ analyse de Pronman, l’éligibilité des joueurs est déterminée par l’âge. Un joueur est éligible s’il a 22 ans ou moins au 15 septembre 2022. Cela englobe presque tous les espoirs sélectionnés entre les repêchages 2018 et 2022 de la LNH. Cela inclus notamment les joueurs qui ne jouent pas encore dans la LNH et ceux qui jouent déjà. A titre indicatif, dans son évaluation NYR est classé 9eme, ce qui inclus 18 espoirs dont : Alexis Lafrenière (repêché 1er en 2020), le défenseur K’Andre Miller, et Kaapo Kakko (repêché 2eme en 2019). Bien hâte de voir le classement du CH !

  4. Merci Opeth pour cette section “sujet libre”. Je lisais tantôt sur un défenseur que j’ai beaucoup aimé du temps qu’il était à Mtl et qui est droitier en plus. Par contre il avait la tête dure et souvent ne faisait que ce qu’il lui tentait. Il a donné des cheveux gris à son entraîneur. Il a changé son style depuis et Mtl se cherche un défenseur droitier. Jusqu’à quel point un retour à Mtl serait bénéfique pour lui et l’équipe? Je n’en sais absolument rien. J’ai nommé P.K. Subban.

  5. Un autre sujet que j’aimerais aborder ou commenter…Alexis Lafrenière. Ce jeune m’a impressionné lors des séries ce printemps. On sentait qu’il prenait sa place. Très heureux pour le jeune homme. Je ne voulais pas le critiquer trop mais j’avais été déçu d’une partie dans le junior à Shawinigan. Je voulais aller le voir évoluer et, selon ma vision du jeu, il avait été éclipsé par Mavrik Bourque. Il aurait été facile de passer le tout sur le fait que les Cataractes sont l’équipe locale mais ce n’était pas vraiment le cas. Lafrenière n’était tout simplement pas là. Mauvaise partie pour lui? Possible. Donc, il semble qu’il se soit racheté une fois rendu dans la LNH et qu’il semble vouloir connaître une bonne saison 2022-23. C’est ce que je lui souhaite. Pendant ce temps, Bourque n’a pas encore gradué. Je vais donc mettre cette partie sur le compte d’un mauvais match. Ça remonte au début 2019 je crois. Belle progression donc pour Lafrenière.

  6. Selon vous, Price aura son chandail retiré par le CH ?

    Je ne connais pas les critères mais j’avoue que je suis un peu surpris. L’absence de coupe me semblait prohibitif.
    D’un autre coté, avec 32 équipes dans la LNH, il faut réaliser que gagner la coupe Stanley est d’une difficulté inouïe. Statistiquement, on est supposé la gagner une fois par 32 ans, vous imaginez ? Pas mal plus facile d’accumuler les coupes avec 6 ou 12 équipes.

    Également, quand faire les séries était facile à atteindre (moins d’équipe) cela faisait plus de sens de miser sur un gardien capable de marcher sur l’eau pendant quelques semaines.
    Avec 32 équipes, bâtir ton équipe autour de ton gardien me semble moins attrayant.

  7. Le CH va retirer son numéro, c’est sûr. Il sera le symbole de ce qu’aura été le club depuis 1994. Jusqu’à 2005, il était impensable à Montréal de reconstruire en acceptant de finir très bas au classement. Puis Price est arrivé, et avec Gainey et le centenaire, le club s’est entêté dans les solutions à court terme, puis, après 2012, Price a émergé, et là encore, le club a refusé de rebâtir car il refusait de perdre les meilleures années de Price ou de l’échanger, et nous voilà en 2022. Retirer le numéro de Price sera une manière de valider ces 28 ans d’errance et on dira, avec raison, que Price est passé proche deux fois, en 2021, et lorsque Kreider l’a sorti des séries en 2014.

  8. Corey Pronman classe le CH 7e au niveau des joueurs de 22 ans et moins. Mailloux, Struble et Ylonen ne font pas le top-15 des espoirs du club. Complètement ridicule. Pas crédible, et Lane Hutson est 6e avec ses 5’08” et 160 lbs mouillé et Miguel Tourigny, un autre défenseur géant de 5’08” repêché à 20 ans entre dans le classement au 9e rang, devant Jordan Harris classé seulement 11e. Du gros n’importe quoi tant qu’à moi.

    1-Juraj Slafkovsky
    2-Cole Caufield
    3-Kirby Dach
    4-Kaiden Guhle
    5-Justin Barron
    6-Lane Hutson
    7-Joshua Roy
    8-Filip Mesar
    9-Miguel Tourigny
    10-Jan Mysak
    11-Jordan Harris
    12-Owen Beck
    13-Mattias Norlinder
    14-Riley Kidney
    15-Sean Farrell

  9. Je ne suis pas un grand fan de Price, mais je crois quand même qu’il mérite qu’on retire son chandail. C’est tout de même le gardien qui a joué le plus de matchs avec le CH. C’est le troisième meilleur gardien du CH que j’ai vu à l’œuvre après Roy et Dryden.

  10. Ce classement de Pronman qui glorifie les schtroumps (surtout à la défense) est une preuve éclatante de son incompétence et de son manque de jugement. Lane Hutson 6e et Caufield avant Guhle me font bien rire. Le classement de Hutson … combien de rangs avant Mailloux et Struble? … est encore plus risible !

  11. Pronman dit à propos de Hudson:

    « Hutson est une menace constante lorsqu’il a la rondelle sur son bâton. Il fait de nombreuses passes à travers l’enclave pour créer des occasions de marquer. Hutson est également un manieur de rondelle très habile qui fait preuve d’une grande créativité à la ligne bleue offensive. Il fait beaucoup de feintes et d’esquives astucieuses pour échapper à la pression. Ce n’est pas le patineur le plus rapide, mais l’utilisation de ses lames est assez bonne pour qu’il utilise son patinage pour attaquer. Son niveau d’offensive est clairement de qualité LNH. La question qui se pose avec Hutson est de savoir si un défenseur d’à peine 5’8 et qui n’est pas un patineur élite peut bien défendre dans la LNH. Il défend de façon compétitive et efficace face à des adversaires de calibre junior et universitaire, mais c’est un test qu’il devra réussir aux échelons supérieurs. Je pense qu’il va jouer dans la LNH et qu’on peut le projeter comme un défenseur top-4 à tendance offensive, mais je suis conscient que les chances qu’un joueur qui lui ressemble y parvienne ne le favorisent pas. Je le place haut dans mon classement également parce qu’il était le joueur le plus intelligent du repêchage et que je vois juste assez de choses dans le reste de son jeu pour qu’il puisse s’élever à des niveaux plus avancés. »

  12. Il est très difficile de classer des prospects car généralement on ne les a pas vraiment vus jouer ou alors très peu.

    Mais Mattias Norlinder, on l’a vu durant quelques matchs avec le CH. Assez longtemps pour s’apercevoir qu’il n’y a aucune intensité dans son jeu. Un grand flanc mou! Il est treizième dans la liste. Si des joueurs sont vraiment moins bons que lui, il n’y a rien à espérer d’eux. Mais ça m’étonnerait beaucoup que Mailloux, Kidney, Farrell, Struble et Ylonen ne soient pas des espoirs plus intéressants, contrairement à ce que Pronman laisse entendre. Tout ça pour dire que c’est n’importe quoi. Pas plus crédible comme liste que si c’est moi qui l’avais dressée!

  13. @HOPE

    En d’autres mots, Pronman classe Hutson selon la projection la plus positive possible, mais il ne fait pas la même chose avec les joueurs plus costauds. Je comprends que ce Hutson est spectaculaire contre des juniors, mais s’il ne grandit pas d’au moins deux pouces et ne gagne pas 20 lbs sans perdre de vitesse, ça ne marchera pas au niveau supérieur, surtout qu’il n’est déjà pas le plus rapide.

    Tu ne peux pas faire un tel classement en mettant la projection maximale pour les joueurs dont le style te plaît, et minimale pour ceux dont le style ne t’attire pas. Mailloux est plus rapide et mobile que Hutson et mesure 6’03”, 210 lbs. Je comprends qu’il a joué très peu de matchs depuis deux ans et on connaît tous son histoire, mais que ce joueur ne soit pas au moins dans le top-8 n’a aucun sens. Pour Struble, c’est toujours le grand oublié de ces classements. Le gars n’est que quatre mois plus vieux que Guhle. Il n’a encore que 20 ans. Miguel Tourigny qui vient d’être repêché est juste six mois plus jeune. À un moment donné il faut évaluer les joueurs dans le bon contexte. Seulement neuf joueurs ont été repêchés après Tourigny cette année. En d’autres mots, le CH l’a repêché au lieu de le mettre sous contrat comme agent libre non repêché. Ils se sont assurés de ses droits, comme avec Harvey-Pinard et Simoneau.

  14. Concernant Price et le retrait de son numéro.

    Existe-t-il un joueur dont le numéro fut retiré par le CH et qui ne se trouve pas, comme joueur, au Temple de la Renommée du hockey?

    Non.

    Price deviendra-t-il un membre du Temple de la Renommée ?

    Non.

    Alors, c’est ça qui est ça.

  15. @drakm72 …je comprends votre évaluation de Price comme joueur mais bon…surtout que vous le comparez à d’anciens joueurs du CH. Par contre…ce qui a attiré mon attention est le fait (que je me suis souvenu d’un joueur) qu’un autre joueur a eu un cheminement sans gagner la coupe Stanley et a été promu au Temple de la Renommée. Et son chandail a été retiré à Los Angeles…Marcel Dionne. Si ça se passe là bas, il se pourrait bien que ça se passe à Mtl aussi.

  16. «Price deviendra-t-il un membre du Temple de la Renommée ? Non.»

    Je ne suis pas un fan de Price (je trouve qu’il n’a pas livré lors des moments importants sauf en 2021) mais je crois qu’il y sera nommé.

    Entre autres, Gump Worsley, Rogatien Vachon, Ed Giacomin, Tony Esposito, et Gerry Cheevers ont été intronisés et Price a souvent de meilleures statistiques qu’eux.

  17. Pour rajouter sur les statistiques de Price, Il faut aussi mentionner qu’il n’y a plus de nulle de nos jours.
    Nombre de nulle
    Patrick Roy: 131
    Jacques Plante: 146
    (pas toutes avec le CH).
    Mettons un facteur de conversions de minimum 50% et on obtient un joli paquet de victoire de plus.

    Ceci dit, Price a été un très grand gardien et mérite d’être au temple de la renommé.

  18. @ Manrik

    Et j’ajoute -et je ne suis pas membre de son fanclub- si vous voulez avoir une idée de la valeur de Price, retournez dans vos souvenirs aux Je

  19. (Suite)

    Excusez mon erreur!

    “…retournez dans vos souvenirs aux Jeux de Sotchi de 2014 : vous aurez alors un aperçu de sa juste valeur quand il a une bonne équipe devant lui et quand il y a urgence de gagner!

    PS: Les commentaires de ses adversaires étaient une marque de reconnaissance

  20. Price a gagné le trophée Ted Lindsay (meilleur joueur selon les joueurs de la LNH)… ça ne garanti pas une place au temple de la renommée mais ça ne nuit pas…

  21. Price sera admis au temple de la renommée. Et il le sera dès sa première année d’éligibilité.

    Roberto Luongo y a été admis à sa première année en 2022.
    Voici ses stats en carrière
    PJ: 1044
    Victoires: 489, soit 47%
    Défaites: 392 soit 38%
    Nulles et défaites en prolongation: 124 soit 11%
    %Arrêt: .919
    Moyenne: 2.52

    Voici celles de Price:
    PJ: 712
    Victoires: 361 soit 51%
    Défaites: 261 soit 37%
    Défaites en prolongation: 79 soit 11%
    %Arrêt: 2.51
    Moyenne: .917

    Leurs chiffres sont quasiment identiques. Les deux ont évolué sur des clubs forts et faibles selon les années. Aucun n’a gagné la coupe, mais a fait une finale. Ils ont été parmi les meilleurs (top 3) durant la majeure partie de leur carrière, sans être le meilleur incontesté comme un Brodeur ou un Hasek. Par contre, Price était le gardien numéro 1 d’équipe Canada aux JO de 2010 et 2014, devant Luongo.

  22. En ce qui a trait au retrait de son chandail, je suis mitigé. À mon sens, ça devrait être un honneur réservé à une poignée de joueurs. Pour un Morenz, un Richard (ou deux!), un Béliveau, Plante, Lafleur, Roy, c’est pleinement mérité.

    Le CH a abusé de cet honneur dans le cadre des festivités entourant son centenaire. C’est rendu tellement galvaudé que ça n’a plus vraiment de sens. 12 numéros sur les 19 premiers sont indisponibles à jamais! C’est quand même pas rien… On a voulu rendre hommage à ces joueurs avant qu’ils ne décèdent et pour stimuler la nostalgie de ceux et celles qui les ont vu jouer et ça a mené à une situation grotesque où la moitié de l’équipe porte des numéros inesthétiques comme le 49 ou le 58.

    À mon sens, un numéro devrait être retiré s’il y a un malaise implicite si un quidam l’arbore. Personne ne pourrait jouer en portant le 9 avec le CH mais quantité de joueurs ont porté le 3 (Émile Bouchard) avant qu’il ne soit retiré, le dernier en lice étant si je ne m’abuse Ryan O’Byrne. Personne n’a été insulté parce que O’Byrne portait ce chandail.

    Y aurait-il un malaise si quelqu’un arbore le 31 avec le CH à l’avenir? Sûrement, mais ce serait un malaise surmontable. Un peu comme lorsque Suzuki a choisi le 14 de Plekanec (bien que Price a eu une carrière plus remarquable que Plekanec).

  23. «vous aurez alors un aperçu de sa juste valeur quand il a une bonne équipe devant lui et quand il y a urgence de gagner» (patin)

    On a en tout cas eu un aperçu de la juste valeur de Dryden en 1971 et de Roy en 1986 et 1993 avec une équipe inférieure devant eux à celles de leurs opposants quand il y avait urgence de gagner: ils ont mené malgré tout le CH à la coupe. Dryden et Roy n’ont pas eu besoin d’une bonne équipe devant eux.

    C’est pour cela que Price est (injustement?) mal-aimé même s’il a été bon. Il ne fait pas le poids en comparaison avec ses illustres prédécesseurs.

  24. Le CH a sorti une vidéo de l’arrière scène du repêchage. Je n’ai pas fini de la regarder, mais j’ai été saisi quand j’ai vu l’infâme Christer Rockstrom, le dépisteur derrière les choix de Vejdemo, Oloffson et Norlinder, déclarer: “je ne connais pas Wright, mais je prendrais Slafkovsky car c’est un gros cheval”… Ayoye! Foutez-moi cet imbécile à la porte.

    https://www.youtube.com/watch?v=vhuF-18FHUU

  25. Autre commentaire stupide pour justifier le choix de Slafkovsky, cette fois par nul autre que le chum à Gorton, Nick Bobrov. Il y va de ceci: “Slaf a joué au championnat mondial sénior à 16 ans, personne d’autre n’a fait ça avant lui.” Quelle connerie! Ce n’est pas un argument pour justifier le choix de Slaf. Celui-ci joue pour la Slovaquie, un petit pays de hockey, et tout le monde sait qu’au printemps, plusieurs des meilleurs joueurs des différents pays jouent encore pour leur équipe professionnelle. Si Slafkovsky avait joué pour une puissance mondiale au hockey, jamais il n’aurait joué à 16 ans au championnat mondial sénior. Deux arguments débiles en 30 secondes de vidéo. Ça fait peur. Je me répète, je ne connais pas assez Slafkovsky comme joueur pour être définitif à son sujet, mais je n’aime pas ce choix par rapport à Wright, une valeur plus sûre à mon avis.

  26. @ Opeth
    Je ne connais rien sur les “prospect” ou presque… J’ai été surpris du choix du CH au dernier repêchage comme beaucoup ici. Je suis 100% d’accord avec vous sur les commentaires qui font peur pour être sincère. Du haut de mon estrade (moi un des gérants) j’aurais aussi pris Wright pour le risque moindre.

    Où je vois une certaine logique, au delà des performances et du format de Slafkosky, c’est que l’an prochain au repêchage il va y avoir BEAUCOUP de centre dans le top 15 : https://thehockeywriters.com/2023-nhl-draft-rankings-forbes-top-16/. Comme on risque de repêcher haut encore en 2023, peut-être qu’un centre n’était pas si important en 2022 surtout qu’il n’y avait pas de choix clairement numéro un. Sans nécessairement être le meilleur choix de joueur ce pourrait être le meilleur choix pour l’équipe à long terme.

    Merci Opeth pour garder le blog ouvert, c’est toujours agréable de lire les commentaires posés et raisonnés ici. Qui ne tombent pas dans les commentaires sans nuances à la Snake.

  27. De retour au travail, donc de retour devant mon ordinateur. Je profite du retour du débat Wriht/Slafkovsky sur le blogue pour raconter une anectode (plutôt révélatrice) à ce sujet.

    En juillet dernier, j’ai passé quelques jours à Halifax pour le boulot. Il s’est adonné que lors de ma dernière journée là-bas, je portais un t-shirt à l’effigie du CH. Pas moins de 4 personnes m’ont interpelé au sujet du CH : un gars dans son camion de livraison (!), le maitre d’hôtel, le chauffeur de taxi, et même un gars de la sécurité à l’aéroport. Les 4 avaient exactement la même question (c’était assez rigolo) : Et puis, est-ce que le CH a fait le bon choix? Je leur ai répondu que je n’étais pas sûr et que ça n’aurait pas été mon choix. Les 4 avaient également le même feeling. Même en Nouvelle-Écosse, le choix de Slafkovsky soulevait des doutes. J’ai trouvé ça amusant, mais aussi révélateur (bien que l’échantillon soit très mince).

    Je n’ai pas encore vu la vidéo du repêchage du CH, mais avec les extraits cités par Opeth… ouf! C’est franchement inquiétant pour l’avenir de l’équipe si le processus décisionnel repose sur ce genre d’élément “d’information”. On va espérer que c’est juste pour le show. En tout cas, rien pour me faire revenir sur ma position de juillet dernier…

  28. Je n’ai pas vu le premier commentaire, mais j’ai écouté le 2e.

    Je ne mettrais pas dans le même panier les deux commentaires.
    ““je ne connais pas Wright, mais je prendrais Slafkovsky car c’est un gros cheval””
    et
    ” “Slaf a joué au championnat mondial sénior à 16 ans, personne d’autre n’a fait ça avant lui.””

    Le premier commentaire étale le manque de connaissance crasse de l’interlocuteur.
    Alors que le 2e commentaire est un fait.
    Un fait qui est tout de même en faveur de Slaf, mais un fait qui doit être pris avec des bémols comme le mentionne Opeth.
    D’ailleurs ce n’est pas le seul argument de Bobrov, il en étales plusieurs autres.

    Bref, mon point est que les deux commentaires ne sont pas à ranger dans le même panier.

  29. Je me répète, d’avoir joué au championnat mondial sénior est un fait qui ne veut rien dire pour un joueur venant d’un pays comme la Slovaquie qui est privé de la plupart de ses meilleurs joueurs au championnat du monde au printemps. Les autres pays aussi manquent de très bons joueurs, mais les puissances ont la profondeur pour ne pas avoir à recourir à des joueurs de 16 ans. D’ailleurs, après vérification, Slafkovsky a joué au CM en mai 2021, et il avait 17 ans depuis mars 2021. Il est donc faux de dire qu’il a joué là à 16 ans. Il aurait été plus juste de dire qu’il a joué au CM à son année 16 ans, et en passant, il a obtenu 0 points en 6 matchs. Je regrette, c’est un argument bidon pour justifier sa sélection premier au total.

    En regardant le reste de la vidéo, deux autres points m’ont dérangé. Il semblerait que le CH a beaucoup pris en compte leur perception que Slafkovsky avait une meilleure personnalité pour résister à la soi-disant pression de Montréal. Encore une fois, à moins d’un énorme drapeau rouge pour Wright sur ce point, cela n’aurait pas dû être un facteur. Tu choisis Wright et tu le retournes junior en lui disant de se concentrer sur son jeu et de maturer.

    L’autre point est la forte présence dans la vidéo de Christopher Boucher, leur nouveau gars de stats avancées. Il a semblé jouer un rôle très important dans le processus de décision. Je regrette, toute cette histoire de stats avancées dans un jeu chaotique comme le hockey me laisse perplexe. À ce sport c’est le talent qui compte et il est plus difficile à distinguer par des stats qu’au baseball ou au football américain où le jeu se fait en courtes séquences planifiées. Le hockey n’est pas comme ça, il y a des règles de système de jeu à suivre le plus possible, mais il y aussi beaucoup d’improvisation et l’apport d’un joueur individuel est plus difficile à déterminer. C’est vrai dans la LNH, mais encore plus au niveau junior. Au repêchage, le gars de stats avancées devrait avoir un rôle mineur.

  30. En passant, j’ai l’air très anti-Slafkovsky, et ce n’est pas le cas. Je l’ai très peu vu jouer. Je ne dis pas qu’il sera un flop, je ne dis pas nom plus que le CH n’aurait pas dû le choisir. Peut-être que la suite donnera raison aux nouveaux décideurs du club, et comme partisan du CH je le souhaite. Je souhaite que mes doutes soient injustifiés, mais pour le moment j’ai toujours un doute important, surtout par rapport à Wright. On verra. Le CH a vraiment le don de repêcher très haut lors des années où le choix n’est pas évident.

  31. J’ai regardé la vidéo. Il s’agit d’un montage où on ne montre que les points de vue qui ont primé lors des décisions au repêchage, soit en faveur de Slaf, Mesar et les autres. On n’entend jamais de commentaires au sujet de Wright et d’autres candidats qui n’ont pas été choisis. Ç’aurait été intéressant de voir la confrontation des idées.

    En ce sens, il s’agit d’un outil de promotion justificatif du CH, pas d’un documentaire.

    On peut aussi imaginer un phénomène qui s’est produit lors de ces discussions et qui se produit dans toute discussion de ce genre dans n’importe quelle sphère d’activités: ce sont les beaux parleurs qui remportent les débats, pas nécessairement ceux qui ont les meilleurs arguments.

    Ce qui est important, c’est de s’exprimer avec assurance et de bien développer sa pensée. Bobrov semble être un maître dans ce domaine. Gorton et Hughes devraient être sensibilisés à ce phénomène et en tenir compte dans leurs décisions finales. Un participant qui est moins flamboyant ou charismatique a peut-être de meilleurs arguments dont il faut tenir compte.

  32. Concernant la sélection de Slaf, Chris Boucher fait un aveu lourd de sens : si prendre le grand et costaud Slaf permet par la suite de repêcher des petits joueurs de talent, alors ça vaut le coup, dit-il en substance.

    Aurait-il donc choisi Cooley ou Wright ou un autre avant Slaf si la décision n’en avait tenu qu’à lui seul ? Il y a tout lieu de le croire.

  33. Il est là selon moi le problème potentiel avec la sélection de Slaf, soit de l’avoir choisi pour des raisons secondaires comme sa taille et sa personnalité. Au repêchage, à moins d’un drapeau rouge clair, c’est le talent qui doit primer. Avec ce que je sais pour le moment, je ne suis pas sûr que Slaf était le joueur le plus talentueux de ce repêchage, et par talent je ne parle pas juste d’habiletés. Ça inclut tout ce qu’un joueur de hockey doit posséder pour réussir, et chez un 1er au total, il doit posséder beaucoup d’éléments pour justifier le choix. À date, ce que je vois avec Slaf, c’est un gros ailier de puissance qui produira s’il est bien alimenté et pourra être fort en possession de rondelle en territoire offensif à cause de son gabarit imposant. On ne parle pas d’un fabricant de jeu qui transporte beaucoup la rondelle et créer pour ses coéquipiers. Pour le moment ça me semble un joueur complémentaire, comme Caufield, mais à l’opposé du spectre. C’est bien d’avoir ces joueurs au rang #15 comme Caufield, mais premier au total. Je persiste à croire qu’un duo de centres Wright-Suzuki, plus le choix au 13e rang obtenu pour Romanov, aurait eu plus de potentiel.

  34. Oui, oui Slaf un bon prospect et Price quel gardien…….

    mais avez-vous vu jouer Shohei Ohtani 28 ans le lanceur partant 10 victoires et 8 défaites avec une moyenne de points mérités de 2.67 et frappeur étoile de 28 circuits et 77 points produits des Angels de LA, quel joueur!

    C’est la première fois que je vois un lanceur étoile aussi prolifique comme frappeur désigné et qui obtient autant de succès comme frappeur.

    Ça me fait penser, dans le temps ou des joueurs comme Bo Jackson ou Deion Sanders aussi efficaces en NFL qu’en MLB.

    Le plus prolifique Dave Winfield, 22 ans en MLB et il fut repêché en NBA et aussi en NFL. Par contre, il a décidé de faire carrière uniquement au baseball.

    Le seul autre joueur qui a brillé, jusqu’à maintenant, autant comme lanceur au baseball que frappeur a été nul autre que Babe Ruth!!!

    Excusez-moi pour cet intermède mais voir des athlètes comme Ohtani être aussi efficace au monticule que comme frappeur est très très rare et le voir évoluer est un cadeau.

    Pour certaines personnes privilégiées en sport, tout leur semble facile et ne semble même pas forcer pour exceller.

  35. @Mikel

    Et tout ça au moment où l’on a instauré le frappeur désigné dans la Ligue Nationale cette année et les lanceurs ne vont plus au bâton. Le frappeur Othani aurait aidé la cause du lanceur Othani s’il avait joué dans la Ligue Nationale avant l’abolition du frappeur désigné. Imaginez, le 9e frappeur serait devenu le 3e ou 4e frappeur, et le 9e frappeur aurait été un vrai frappeur.

  36. Othani fut, est la goutte qui a fait déborder le verre.
    Il a fait la preuve qu’un “neuvième” frappeur, et non un retrait automatique, rendait la joute (un peu) plus enlevant ce que les dirigeants de la ligue américaine avaient compris depuis…

  37. La course aux excuses vient de commencer du côté du CH avec Stéphane Robidas qui déclare qu’il sait que l’absence de Price affectera ses défenseurs. Ah oui? Quelle révélation. Je m’imagine Dominique Ducharme lire ça et se dire que l’an passé il a perdu non seulement Price, mais aussi Weber, Danault, Perry, Edmundson et plusieurs autres. Si Saint-Louis est un magicien et Ducharme un incompétent comme plusieurs l’ont répété, il faut arrêter avec ce genre d’excuses. Le magicien va faire de la magie et l’incompétent va regarder les matchs dans son sous-sol.

  38. Opeth, un jour ou l’autre vous aurez raison : les coach passent et les joueurs demeurent! Je vois St-Louis -je me suis gardé une petite gêne : je n’ai pas écrit “Saint-Louis- davantage comme un motivateur et non pas comme un stratège, ce qui collait plus à Ducharme. On l’aurait souhaité un peu moins beige, un peu plus coloré dans le contexte donné. Donnez-lui une bonne équipe et il saura la mener en bon lieu.

    De toute façon, Ducharme ne faisait pas partie la gang de West-Island

  39. De mon coté, j’analyse la situation de façon différente. Rien pour ou contre pour Saint-Louis, encore beaucoup de choses à prouver. Cependant, je remets fortement en doute le leadership de Ducharme, ma vision est que c’était Weber et Price qui exerçaient le leadership dans l’équipe.

  40. @mich

    Sans dire que c’était le cas de Ducharme, ca serait du déjà vu.
    Les champions de 1986 avaient, de mémoire, avoué ne pas écouter Perron et s’en tenir aux discours des vétérans, dont Larry.

  41. Journée des coupures dans la NFL. Juste pour revenir encore une fois sur le concept de développement. Les Patriots ont coupé deux ailier rapprochés, Dalton Keane et Devin Asiasi, qu’ils avaient repêchés en 2020 en 3e ronde et s’avançant dans les deux cas par transactions pour s’assurer de pouvoir les repêcher tellement ils les trouvaient bons. Les deux ont passé deux ans avec le grand club sous Bill Belichick et les autres coachs de l’équipe. Les deux ont très peu joué, et deux ans plus tard le club les laisse aller sans rien obtenir en retour car ce sont des flops complets. Les deux sont des énormes erreurs de repêchage et Belichick, malgré toutes ses qualités comme coach, n’a pu tourner le plomb en or. Il s’est trompé dans l’évaluation au repêchage et le sort en était jeté. Le “développement” na rien pu sauver.

    En passant, dans la NFL, un choix de 3e ronde a une grande valeur. C’est une ronde où le taux de succès est très bon. Si on transpose ce cas dans la la LNH, c’est l’équivalent de deux choix de milieu de 2e ronde. Dans la LNH ces deux joueurs n’auraient jamais été dans l’alignement du grand club. Ils auraient terminé leur stage junior, et au mieux seraient devenus des AHLers, et le coach du club école aurait été blâmé par certains pour avoir ruiné deux bons choix de repêchage.

    Dans la NFL, il n’y a pas ce mirage, il n’y a pas cette excuse. Les choix de 3e ronde font le grand club par défaut la première année car le club ne peut avouer une erreur de repêchage trop tôt. Parfois ces joueurs durent deux ans dans l’espoir de voir une amélioration sensible. Si ça ne survient pas, ils sont coupés et l’erreur de repêchage est exposée au grand jour. Ce fut le cas avec ces deux joueurs des Pats, mais ça arrive partout à travers la ligue, et il n’y a pas l’excuse qu’on retrouve dans la LNH où on met le blâme sur les coachs junior ou, le plus souvent, sur ceux de la AHL. La NFL est le meilleur circuit pour voir les erreurs de repêchage pour ce qu’elles sont vraiment, sans l’excuse du développement gâché par les coachs. Ajoutez à cela que dans la NFL on repêche généralement des joueurs de 21 à 24 ans, on est loin des joueurs de 17/18 ans de la LNH où le risque d’erreur est beaucoup plus grand.

  42. Drôle de commentaire de Jonathan Drouin hier, quand pour tes patrons l’attitude est primordiale et tu penses que c’est ta dernière année avec le CH!!!!!

  43. Sans doute, Droiin a-t-il senti ….que la glace fondait sous ses patins ?
    Combien de matchs jouera-t-il avec le CH cette année?

  44. Nous avons beau discréditer Jean Perron avec toutes sortes de raisons loufoques, il reste qu’il a gagné la coupe Stanley et ce ne sont pas tous les coaches, aussi bons soient-ils, qui peuvent en dire autant.

    Les bons clubs font les bons coachs et les mauvais clubs font les mauvais coachs, parlez-en à Dominique Ducharme qui a essayé de faire du rumsteak avec du jambon.

    https://www.journaldemontreal.com/2020/05/10/finale-de-1986-un-travail-dequipe-selon-jean-perron

  45. On s’entend que Perron est un gars parfois un peu dur à suivre. Ceci dit, c’est toujours bien lui qui était derrière le banc et effectuait les changements. Mikel frappe la cible avec le bon vieux cliché voulant que les bons clubs font les bons coachs. On l’a vu l’hiver passé avec Ducharme, bien sûr, mais aussi avec Saint-Louis, après un soubresaut à son arrivée, le club a perdu et perdu pour finir dernier.

    Pour la saison qui vient, je peux déjà m’avancer à dire que le CH sera aussi bon que ses gardiens. Si Montembeault peut montrer un niveau aussi bon qu’à ses meilleurs matchs l’an passé et Allen être solide, le CH ne sera pas aussi mauvais que certains le pensent. L’offensive ne sera pas un énorme problème, surtout si on assiste à une couple de joueurs qui rebondissent, alors ça reposera sur les gardiens car la défensive sera relativement inexpérimentée et sans joueur de très haut niveau à ce stade-ci.

  46. Les deux derniers entraîneurs du Canadien qui ont gagné la coupe…Demers qui était analphabète et Perron qui avait son propre langage…lol.

  47. @Kataway
    Elle, votre observation, est bonne ….et triste!
    Faut préciser que Perron parlait le perronisme!

  48. @mikel

    Mais du pur bobon que cet arcticle sur Perron et les anectodes !!

    Extrait
    “Pagé a ainsi révélé que le CH n’hésitait pas à peinturer le vestiaire de l’équipe adverse quelques heures avant un match important ni à rapprocher le banc des joueurs de la bande pour nuire aux joueurs, qui avaient ainsi de la difficulté à sauter sur la glace.”

    Je vois que les fameux tours entre les Bruins et le National en finale ne sont pas sortit de nulle part !

  49. Il y a une 1ère rumeur sur le contrat de Kirby Dach. Il pourrait obtenir 3,5M par année pour 4 ans. J’espère qu’ils lui donneront un contrat plus court que ça. Je ne lui donnerais pas plus que 2 ans. C’est à lui de montrer sa valeur.

  50. Pour Dach, ce n’est pas le 4.5M mais plutot le 4 ans qui m’inquiete. Il sera agent libre a la fin de son contrat. 6 ans a 4.5M ferait plus de sens.

    Kakko et Necas, des comparables, ont signé pour 2ans pour beaucoup moins.
    Moi aussi, j’irais pour du 2 ans a 2-3M. Sinon, laisse Dach faire la greve. Le CH n’a pas besoin de Dach cette année.

  51. @Laval

    J’avais des doutes, mais vous avez bien raison.
    Les règles de l’autonomie sont bien soit 27 ans et plus.
    soit 7 années dans la NHL.
    Et comme Dach a fait le club a 18 ans il pourrait devenir autonome aussi jeune qu’à 25 an si il signe un contrat de 4 ans.
    Je comprend le CH de ne pas vouloir le signer pour 4 ans à ce moment.

  52. Bon bien selon cet article, un contrat de 4 ans ne serait pas assez pour devenir UFA pour Dash:

    https://www.journaldemontreal.com/2022/09/01/canadien-de-montreal-des-fuites-sur-kirby-cach

    “Au terme de cette entente, Dach ne deviendrait pas immédiatement libre comme l’air, mais plutôt joueur autonome avec compensation. Ce n’est que l’année suivante qu’il pourrait accéder à l’autonomie complète. ”

    Quelqu’un veut se prononcer ?

  53. À mes yeux, Dach est encore un suspect. Ce n’est que du potentiel sur papier et il y a des signaux alarmants quant à son jeu en LNH: entre autres, incapacité à gagner ses mises au jeu, manque d’opportunisme au filet, sous-utilisation de son physique imposant, faible production offensive même en jouant avec Kane. Il ne roule présentement que sur sa réputation de troisième choix universel.

    Si Necas a signé deux ans pour 3 M$ après deux saisons de 40 points, Dach vaut sûrement moins, et sûrement pas un contrat de plus de deux ans.

    Espérons ensuite que Dach se développe comme un véritable troisième choix.

  54. @manrik
    Dans les reglements, ca dit 7 saisons complètes avec plus de 40 match joué pour devenir agent libre. Des blessures hockey comptent pour des match joué. Alors la saison 20-21 devraient compter pour Dach.

    P-e je manque quelques choses dans les reglements…

    Mais 3.5M ferrait plus de sens que le 4.5M. C’est quand meme trop mais mieux.

  55. Dach a perdu un an pour devenir joueur autonome car sa blessure a été subie
    au Championnat du monde junior de 2020 et non lors d’un match de la LNH.

  56. Merci pour les precisions. Alors ce n’est pas trop pire le 4 ans.

    Mais j’irai quand meme pour du 2 ans si possible.

  57. Mathias qui y va d’un de ses pires articles depuis très longtemps aujourd’hui. Il revient avec cette connerie de “développement”. Je dis connerie à propos de l’aspect déterminant que plusieurs donnent au développement des joueurs. Le développement existe dans chaque équipe. Pour que ce soit négativement déterminant dans le résultat final ce dit développement devrait être catastrophique. L’organisation devrait ruiner des carrières à coup d’incompétence. Ce n’était clairement pas le cas à Montréal sous Bergevin. Le problème de 2008 à 2015 a été le repêchage et la perte de trop nombreux choix top-60.

    D’ailleurs, la liste de Pronman de 2018 que Mathias cite pour étayer sa thèse infondée est révélatrice. De 2014 à 2018, en cinq ans, le CH a repêché 7 joueurs de la LNH: Evans, Sergachev, Mete, Pezzetta, Poehling, Kotkaniemi et Romanov. À cela s’ajoutent Juulsen, Primeau, Fleury, Ylonen et Harris qui ont de bonnes chances de jouer dans la LNH. Juulsen et Ikonen ont été blessés gravement à répétition. C’est un choix de 1e ronde et de 2e ronde perdus par malchance. À La fin des comptes, ça fera environ 10 joueurs de la LNH en 5 ans. C’est très bon.

    On peut critiquer la gestion du dossier Kotkaniemi. Je l’ai fait amplement ici, mais Romanov et Poehling ne sont pas des flops. C’est Hughes qui a décidé de les échanger, comme Bergevin a échangé Sergachev. Primeau a montré en séries l’an passé pour Laval qu’il a le potentiel pour devenir un gardien #1 de bon calibre. Ça reste à confirmer, mais le potentiel est là.

    Aussi, la chose qui semble échapper à M. Brunet, c’est que sur les 35 joueurs repêchés par le CH entre 2014 et 2018, 16 n’ont jamais signé de contrat avec le club, soit presque la moitié. Donc, juste là on voit que le développement du club n’est pas en cause pour ces joueurs. La plupart étaient des choix tardifs avec peu de chances de percer, et n’ont pas réussi à percer.

    Puis, il y a les exceptions comme Jake Evans. Celui là a percé. Pourquoi? Il a joué deux ans pour Laval. Pourquoi Evans a percé, et qu’un autre centre comme Cam Hillis ne percera fort probablement pas? La réponse est simple. Evans avait ce qu’il fallait dès le départ et avait juste besoin de temps et d’un bon encadrement, alors que Hillis, lui, avec le même encadrement montre qu’il n’avait pas ce qu’il fallait. C’est vrai pour ces deux joueurs et pour tous les autres.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-02/developpement-des-joueurs-du-canadien/une-faillite-presque-complete.php

  58. Pour renchérir sur cette histoire de développement, regardez Joshua Roy. Le jeune a été repêché en fin de 5e ronde en 2021. Il a très peu reçu de coaching de la part du CH pendant l’été. Il a participé au camp du CH parmi une soixantaine de joueurs. Ne venez pas me dire que c’est là que le CH l’aurait “développé”. Il était dans le troupeau de jeunes qu’on réunit au camp pour faire des matchs simulés. C’est tout, le traitement standard que reçoivent tous les jeunes repêchés dans la CHL à leur premier été avec leur équipe. Roy a ensuite été renvoyé à Sherbrooke, le club qui l’avait bien évalué et qui a payé trois choix de 1e et un choix de 2e ronde pour l’obtenir. Et avec Sherbrooke, Roy a débloqué de façon spectaculaire.

    Pourquoi Roy a-t-il débloqué de manière si marquée? La raison est simple, avant même d’être repêché par le CH, l’hiver précédant à Sherbrooke, le jeune a fait une prise de conscience et a réalisé qu’il ne faisait pas ce qu’il devait faire hors glace pour maximiser son talent sur la patinoire. Le talent de Roy n’a jamais fait de doute, ancien 1er choix au total de la LHJMQ en 2019, il avait brûlé le midget AAA à 15 ans avec une saison de deux points par match. Les problèmes de Roy étaient hors glace, il traînait un important surpoids et n’était pas attiré par le gymnase et l’entraînement physique. À son arrivée à Sherbrooke, avec l’aide des coachs du Phoenix, il a saisi le message. Il devait changer son hygiène de vie et montrer plus de discipline dans l’effort hors glace pour maximiser ses résultats sur la la glace.

    Roy a effectué les changements nécessaires avant même d’être repêché par le CH. Il a bien paru l’été passé au camp du CH à cause de cela, et a aussi dominé la LHJMQ à 18 ans à cause des changements hors glace qu’il a décidé d’effectuer. Le CH n’a rien eu à voir avec ça. Le club l’a sûrement encouragé à persévérer dans sa nouvelle discipline hors glace, mais le changement n’a rien eu à voir avec le soi-disant développement. On est devant un cas de maturation psychologique normal chez un jeune surdoué pour qui tout avait toujours été facile jusque là, mais en montant de calibre de jeu, il a fini par comprendre que le talent seul ne suffirait pas. Il a compris que dans le hockey moderne il était essentiel de maximiser sa condition physique et que cela passait par de la discipline hors glace à long terme.

    Ce que je tente de démontrer ici, c’est que Roy semble être un coup de circuit au repêchage à cause qu’il a toujours eu le talent. Sans ce talent supérieur, il n’y a pas de développement qui aurait pu compenser. Sans ce talent supérieur, identifié de longue date, Roy aurait été un autre Samuel Houde, ancien choix de 5e ronde du CH en 2018, au talent limité, et que le CH n’a pas mis sous contrat et qui joue aujourd’hui en ECHL. Donc, autant pour Roy que pour Houde, les dés étaient jetés dès le repêchage. Le développement n’a rien eu à voir dans le résultat.

    Pour Roy, c’est sa maturation psychologique normale qui a mené au déblocage. Le jeune s’est cogné le nez à ses deux premières années junior en pensant que ce serait facile, et il a compris qu’il devait changer sa manière de faire. Certains comprennent ça dès le départ, d’autres ont besoin de difficultés pour comprendre, et certains ne comprennent jamais. Ceci dit, l’essentiel dans cette histoire c’est que Roy est un surdoué qui peut faire des choses sur la glace qui ne s’enseignent pas. Le reste, ça dépendra de sa capacité à persévérer dans sa nouvelle discipline hors glace. Pour ce qui est de sa faiblesse relative au niveau du coup de patin, nul besoin d’être un génie du hockey pour savoir que c’est un aspect que Roy doit absolument travailler et améliorer. Le CH lui donnera du support en ce sens, mais Bergevin ou Gainey auraient fait la même chose. C’est une évidence.

  59. Opeth vous êtes extraordinaire, vous avez trouvé le mot juste ENCADREMENT, c’est ce qui est si important, pas seulement au hochey mais dans la majorité des entreprise. Pour aider les jeunes rien de mieux que cela. Mais cela incombe non seulement à l’organisation mais aussi à l’agent et au proche. KK à manqué d’encadrement ou il ne voulait pas le suivre, on appelle ça aussi acquérir de la maturité.

  60. C’est l’éternelle question nature vs culture, qu’est-ce qui est inné et qu’est-ce qui est appris.

    Le développement des joueurs de hockey par des entraîneurs s’apparente à celui des enfants par leurs parents. La principale tâche des entraîneurs ou des parents est de ne pas « fucker » leurs disciples. Le reste appartient à ces derniers.

    Un livre écrit par un psychiatre reconnu s’intitulait « Comment être un parent acceptable ». Pas extraordinaire, fabuleux ou incroyable. Acceptable est suffisant pour bien jouer son rôle.

    Il me semble que la problématique est la même pour les entraîneurs vs les joueurs. À moins que l’environnement du joueur soit vraiment toxique (ça s’est déjà vu), il est responsable de sa destinée.

  61. On vante souvent Tampa Bay comme une organisation modèle, ou du moins, qui l’a été pour bâtir un club champion. On s’entend, des choix top-2 comme Stamkos et Hedman sont au-delà de l’idée de “développement”, ce sont des surdoués qui ont été identifiés très tôt comme tels. Pour le reste, Sergachev n’a pas joué un seul match en AHL, Point y a joué 9 matchs, Kucherov 17 matchs, Vasilevskiy 37 matchs, Cirelli 54 matchs, Killorn 54 matchs.

    Bien sûr, vous avec des cas comme Palat, Johnson et Gourde qui ont joué deux saisons en AHL, mais on parle d’un choix de 7e ronde et de deux joueurs non repêchés. Rien de bien différent de Gallagher et Evans à Montréal, surtout que Tampa compte son lot de choix top-60 qui ont fait patate de 2008 à 2018, les Carter Ashton, Dylan Blujus, Brian Hart, Adam Erne, Dominik Masin, Johnathan Macleod, Matthew Spencer, Libor Hajek, Boris Katchouk, Taylor Raddysh, Alexander Volkov et Gabriel Fortier.

    Je persiste à croire que Tampa a eu du succès car ils ont accumulé beaucoup de choix en excès, et ils ont globalement bien repêché. Ils ont frappé des coups de circuit et fait de bons échanges. L’encadrement des joueurs était sûrement de bonne qualité, mais comme je le répète, l’encadrement des jeunes dans la LNH moderne est bon partout. L’écart entre le meilleur et le pire est faible et chaque club de la AHL compte plusieurs adjoints. On est plus dans les années 70 où il y avait un coach en chef avec le club ferme et c’est tout. Ajoutez à cela les agents qui servent de chien de garde en faveur de leurs clients et qui fournissent des ressources individuelles aux joueurs pendant l’entre saison. Je demeure persuadé que la grande majorité des joueurs qui réussissent le font à cause de leur talent et des efforts qu’ils consentent car tous ont un bon soutien professionnel, que ce soit les coachs, les entraîneurs physiques, nutritionnistes, psychologues sportif, entraîneurs spécialisés.

    Pour revenir au CH, le club va réussir si le pipeline actuel du club tourne du côté positif. Je veux dire par là qu’il devra y avoir une couple de coups de circuit, une couple de trouvailles, et pas trop de flops chez les hauts choix du club.

  62. Tampa ont aussi eu du succes car ils n’ont pas surpayé leurs joueurs.

    Yzerman avait été dure lors des negos avec Stamkos et Kucherov.

    Yzerman n’a pas donné des mauvais contrats comme plusieurs Dgs font lors du marché des agents libres.

    C’est une autre raison du succès de Tampa. Sans compter le facteur impot / climat de la Floride.

  63. Je sais que je dénonce beaucoup l’idée voulant que le “développement” puisse faire la différence avec le pool de jeunes d’une équipe. Pour moi ça ne fait pas la différence, il n’y a pas de clubs qui tournent le plomb en or à un taux beaucoup plus élevé que la concurrence. Ceci dit, il y a des clubs qui repêchent mieux que la moyenne. Ceci dit, cette marotte du développement ne dérougit pas, surtout chez ceux qui se pensent modernes dans leur approche du hockey et qui considéraient un gars comme Bergevin comme un dinosaure déconnecté d’une supposée nouvelle réalité.

    Ce n’est pas étonnant, de tout âge c’est le commun de la jeunesse que de penser qu’elle est à l’avant-garde et que les plus vieux sont dépassés. La jeunesse pense qu’avec eux la nature humaine change, alors que celle-ci est têtue et immobile. En d’autres mots, il y a des éléments fondamentaux qui ne changent jamais, et ce dans tous les aspects de la vie. On peut essayer de tordre les choses pour tenter de les changer, mais tel un ressort, ces choses finissent par reprendre leur place naturelle. Ce petit discours philosophique s’applique aussi à quelque chose d’aussi futile que le hockey, car ce sport implique des êtres humains.

    Tout ça pour dire que c’est une illusion de penser que l’ère HuGo/MSL va révolutionner les choses. Le vernis est différent, mais la substance demeure la même. Ce qui permet d’obtenir un bon joueur ne changera pas, et la nature du jeu ne changera pas. L’inné et l’acquis seront toujours les deux facteurs cruciaux, mais tous les clubs peuvent contrôler l’acquis, alors que l’inné est déterminé dès le départ et inaltérable. La clé demeurera toujours de choisir les joueurs qui ont assez de talent inné et ça inclut les disposition mentales nécessaires. C’est là que ça se joue, et à 17/18 ans, ça demeure difficile à bien déterminer. Mais un club qui veut mieux faire que les autres doit trouver une manière de mieux repêcher que les autres.

    Aussi, au lieu du développement à proprement parler, c’est-à-dire coaching, enseignement, techniques d’entraînement, nutrition, etc… Je pense que là où il serait utile de porter le regard est sur la gestion des jeunes joueurs, en particulier sur la patience nécessaire. Dans bien des domaines on parle de principe de précaution, je pense que ce principe devrait aussi s’appliquer aux jeunes joueurs d’une organisation. Ce n’est pas du développement en tant que tel, mais c’est relié au développement. Une jeune pousse est plus fragile qu’une plante adulte.

    Il me semble sage d’avoir comme principe général de permettre aux jeunes de maturer plus longtemps à un niveau inférieur avant de les lancer avec le grand club. Un jeune est mieux de jouer une saison de trop dans un calibre inférieur que de se retrouver trop tôt dans le plus fort calibre. On verra ce que HuGo feront avec Slafkovsky. Ça devrait être un premier indice de leur façon de voir les choses. Hughes a répété que le choix de Slaf a été motivé par la projection à 23 ou 24 ans que le club avait de ce jeune. Si c’est vrai, je ne vois pas le problème de l’envoyer dans le junior cette année à seulement 18 ans. Le CH n’a pas besoin de Slaf cette année et on sait qu’il n’est pas Jaromir Jagr. Pourquoi ne pas lui donner plus de temps tout en lui expliquant bien les raisons de cette décision?

  64. Pour Slaf, les arguments autant $$$ que de développement en faveur d’une année junior compétitive (OHL) dépassent largement l’infinitésimal bénéfice à court terme exprimé par certains pressés. Déjà que je trouvais Wright beaucoup plus prêt pour la LNH, je ne voudrais pas voir le CH se payer un autre KK avec Slaf.

  65. Je crois qu’il faut arrêter de dire que l’on peut faire un KK de Slaf. Le problème de KK c’était principalement lui même. On oublie un peu sa première très bonne année. Il n’y a pas longtemps, on crucifiait le CH pcq il ne faisait pas graduer ses jeunes et maintenant on veut qu’il les envoie en apprentissage dans un niveau inférieur. Si un jeune démontre qu’il est de calibre à jouer on le garde.

  66. Mathias en parle ce matin https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-06/juraj-slafkovsky-laval-ou-montreal.php . Bon pas mal la position de mich. Ça ne modifie que peu ma vision. Perdre ou brûler un an de contrat à Montréal pour vendre des chandails ==> très peu pour moi. Si Laval ne brûle pas une année de contrat, ce serait mon choix. Sinon ma préférence: une bonne équipe OHL pour voir ce qu’il a dans le ventre (sa piètre production en ligue d’homme en Finlande et son explosion dans deux tournois faibles ne m’ont pas convaincu).

  67. @rex

    et Mathias ne mentionne même pas le junior, même pas pour dire qu’il ne faut pas y penser.

    C’est AHL ou NHL selon lui.

    Est-ce que c’est aussi ce que pensent les dirigeants ?

  68. Le bon Mathias était un des partisans les plus enthousiastes et insistants de Slafkovsky. Quand Mathias aime, il aime… Ceci dit, il a droit à son opinion. Si Slaf ne fait pas le grand club il devrait aller dans le junior et y dominer. Il n’a jamais dominé une ligue, probablement car il a toujours joué dans un calibre trop élevé pour lui. Je me répète, je ne vois pas où est le problème d’un point de vue strictement hockey de l’envoyer dominer la OHL pour une très bonne équipe. Mathias cite des joueurs qui ont joué à 18 ans et qui ont bien tourné. Du pur Mathias car il aurait pu faire l’inverse, nommer les joueurs qui ont joué junior ou NCAA à 18 ans et qui ont réussi. La liste serait bien plus longue. Et ne me parlez pas du gabarit. Leon Draisatl a été retourné junior à 18 ans et c’est un colosse. Ce qui a été bon pour Draisatl devrait l’être pour Slafkovsky. La raison pour laquelle plusieurs veulent Slaf à Montréal, ou, au pire, à Laval, c’est qu’ils sont comme un enfant devant les cadeaux emballés sous le sapin de Noël. Ils ont hâte de les déballer. Ils veulent voir leur nouveau jouet neuf et brillant.

  69. Pour égayer quelque peu ce début grisonnant de septembre a;

    Qui de Mattews ou McDavid choisissez-vous pour bâtir votre équipe?

  70. Oui, je l’avoue, je suis comme un enfant à Noël qui a hâte de déballer son cadeau Slaf!

    Puisqu’il n’y a présentement aucun argument déterminant pour ou contre sa présence dans l’équipe (les deux positions se valent), pourquoi bouder son plaisir? Après tout, le hockey est un divertissement, pas un chantier de construction d’une centrale nucléaire. Avec la saison pourrie qui s’annonce chez le CH, il faut bien se raccrocher à des points intéressants.

    En plus, comme on l’a évoqué dans ce blogue, ce n’est pas l’encadrement qui fait le joueur, mais son talent et sa volonté. Si on se trompe, ce n’est pas ce qui détruira Slaf. Il retournera dans un circuit inférieur et reviendra ou pas plus fort. Le déroulement de sa carrière reposera sur sa seule responsabilité.

  71. Au Québec les partisans du CH refusent de souffrir, et ce depuis toujours. C’est une grosse partie du problème. Ça explique en grande partie que le club n’a pas gagnée la coupe lors de 29 dernières années. Le but cette année n’est pas de dépasser les attentes. Au contraire, les attentes sont très basses et cela ouvre la porte à tous les dirigeants et coachs pour faire ce qu’ils devraient faire, soit perdre honorablement le plus souvent possible. HuGo et MSL ont un capital de sympathie énorme. Plusieurs les voient comme des génies, des magiciens. La stratégie ne devraient pas être de demander à MSL de perdre par exprès. Ça ne se fait pas. La stratégie devrait être de gérer pour le moyen terme. C’est-à-dire de ne rien faire de majeur pour améliorer le club. Il faut juste maintenir un niveau de compétitivité de l’équipe qui permettra de faire progresser les jeunes joueurs, et à l’approche de la date limite des transactions, échanger les vétérans qui peuvent l’être. MSL n’est pas dans la position de Ducharme l’automne passé. Il aura un effectif reposé qui n’a pas joué depuis avril. Le club revient du dernier rang au classement général, pas de la finale de la coupe. Tout est aligné pour engranger un autre très haut choix de repêchage, et en 2023, on verra une vague de prospects passer pro, les Mailloux, Roy, Struble, Kidney, Tuch, Farrell, Biondi, Smilanic, Dobes, Kapanen, Trudeau. Slaf, et peut-être Mesar, pourraient faire parti de cette vague.

  72. Entièrement d’accord avec vous, mais il ne faut pas oublier que le CH est une machine à argent. RDS ET TVA paient beaucoup de $$$$ et les commanditaires aussi, ça fait parti de l’équation. Je crois que la direction vise le moyen terme et non le long terme, pour cette raison l’acquisition de jeunes de plus ou moins 23 ans.

  73. @ patin

    « Qui de Mattews ou McDavid choisissez-vous pour bâtir votre équipe? »

    Matthews, depuis qu’il est avec les Leafs, a toujours joué pour une équipe de tête, une équipe pour les séries et bien sur, il est le point central des Leafs.

    McDavid a joué pour un club pourri au début et il était toujours le meilleur joueur de la ligue. Malgré un rendement faible du club en général, McDavid par son talent de prodige a su être un exemple de persévérance et de fidélité envers les joueurs et son club.

    Matthews est certes un meneur d’homme mais McDavid, juste par sa présence, le charisme qu’il provoque dans son entourage et dans la foule, il est assurément le joueur idéal pour bâtir et donner confiance à une jeune équipe talentueuse.

  74. Je dois avouer que j’avais une préférence pour Matthews mais il est tout aussi vrai que McDavid a accompli de belles choses. Les Oilers ont cependant fait de très mauvais choix et ça lui a compliqué la vie. Sinon, ce club aurait pu être une dynastie en devenir. Bizarrement, les Leafs semblent avoir copié ce modèle et leur erreur aura été (je pense) l’embauche de Tavares. Difficile de choisir finalement entre les deux. Si j’avais seulement un choix? Avec le recul, j’irais avec McDavid.

  75. Kirby Dach viendrait de signer son nouveau contrat: 4 ans à 3,3625 millions $ par saison.

    Suzuki-Monahan-Dvorak-Dach-Evans

    Tôt ou tard, il y aura congestion au centre.

    Kent Hughes a déjà manifesté son intérêt de signer Monahan à long terme. Seul le temps nous dévoilera son niveau de sincérité sur celle-là.

    Dvorak sera vraisemblablement l’agneau.

  76. Congestion au centre peut-être, mais ça ne signifie pas que c’est une force du CH. Il n’y a aucun centre ayant une valeur de numéro 1 d’une équipe aspirante au titre (Suzuki est un numéro 2) et les autres sont des numéros 3 ou 4. Donc, il y a encore beaucoup de place pour de l’amélioration.

    Il est vrai que Dach pourrait aussi devenir un numéro 2 si le potentiel estimé se transforme en réalité. Ce qui n’est toutefois pas sûr: pourquoi les Hawks qui le connaissent bien ont-ils préféré s’en départir pour un 13ième choix au repêchage cette année, alors qu’il aurait très bien cadré dans leur opération de reconstruction?

    Et Monahan, jusqu’à preuve du contraire, est un joueur fini.

  77. McDavid rend meilleur les joueurs autour de lui. Matthews atteint un haut niveau grace aux joueurs autour de lui. Pour bâtir: Mc David 100 milles a l heure.

  78. Moi aussi, McDavid est superieur a Matthews.

    Matthews, il lui reste 2 ans a Toronto. Je ne le vois pas rester.
    Nylander aussi deviendra agent libre dans 2 ans. Les Leafs ont 2 ans pour gagner la coupe.

    C’est encore la meme équipe a Toronto, aucun changement majeur. Pas de gardien no.1.

    Ca sens encore une sortie au 1er tour 😉

  79. Le CH songerait à signer Allen pour le future.
    Source:
    https://www.rds.ca/hockey/rumeurs-lnh-jake-allen-serait-en-negociations-pour-une-prolongation-de-contrat-a-long-terme-1.16109328

    Si cela est vrai, alors chez le CH on est soucieux de ne pas faire exprès de laisser couler l’équipe au classement. Si on coule au classement ce sera fait de manière “naturelle”.
    C’est une bonne nouvelle pour les amateurs qui verront une équipe qui ne se fera pas déclasser soir après soir.

    Et si met mon chapeau de fan du CH et pour paraphraser Jeffrey Loria…. “Pourquoi pas nous ? pourquoi pas maintenant ?”
    Je veux dire, les chances que l’équipe termine en fin de classement cette année sont assez élévés, c’est entendu. Mais bon, avec quelques si par ci par la, et avec quelques surprises, le CH pourrait peut-être causer une surprise (gros peut-être).

  80. Il y a selon moi deux types de partisans du CH.

    Le premier comprend ceux qui apprécient regarder les matchs et voir son équipe rivaliser avec les autres. Ils préfèrent la «game». Ils apprécient plus le côté passionnel du jeu. Certains les appellent péjorativement les «fefans».

    Le second comprend ceux qui sont surtout intéressés par tout ce qui tourne autour des matchs: les prospects, les échanges, la gestion de la masse salariale, les choix de repêchage, etc. Je connais des gens qui connaissent tout du CH mais qui ne regardent à peu près aucun match. Ils apprécient plus le côté intellectuel de l’industrie.

    Je fais partie du premier groupe. C’est pourquoi je préfère un club compétitif à chaque année même s’il n’est pas le meilleur sur papier. Ce n’est pas ce qui importe, mais le club pourrait quand même remporter la coupe une année donnée si tous les astres s’alignent. C’est arrivé en 1986 et 1993. Ça ne signifie pas de gérer l’équipe en cabochons et de négliger le long terme, mais de tout de même miser aussi sur le court et moyen terme. C’est plus exigeant comme type de gestion.

    Le second groupe préfère un club qui va vivre dans la misère quelques années pour pouvoir récolter de hauts choix de repêchage et espérer la formation d’un club qui dominera avant que tout sera à recommencer quelques années plus tard en raison du plafond salarial. On mise presque seulement sur le long terme. C’est un type de gestion moins complexe, la problématique est plus simple, mais les résultats sont loin d’être assurés..

    Je sais que c’est caricatural et que tout n’est jamais noir ou blanc, mais je crois que ces deux tendances expliquent les différences de points de vue.

  81. @ John Galt
    Les passionnés-vs- les intellectuels!
    Hahaha
    Plusieurs se reconnaîtront, se retrouveront dans un clan où dans l’autre …ou un ti-peu dans les deux comme moi d’ailleurs : un passionné avec quelques tendances intellectuelles!

  82. @JohnGalt
    Je faisais partie des passionnés quand j’étais jeune. C’était facile de l’être au début des années 90, le club était compétitif, mais avec des chances réelles de gagner de gagner la coupe. Réjean Houle a tout détruit par la suite. Depuis ce temps, on se contente de premiers centres comme Koivu, Plekanec, Desharnais et Danault. On a eu Markov et des gardiens très performants qui ont réussi à nous maintenir compétitif, mais c’était décourageant. Je suis tanné de voir le CH ne compter sur aucune vedette offensive. A-t-on eu un seul joueur de 80 points ou plus en une année depuis 2000? Difficile d’être passionné quand notre seul joueur vedette est un gardien. Le Canadien semble présentement sur la bonne voie pour changer cela. Espérons qu’au moins une super vedette offensive émergera de tous nos espoirs actuels et futurs.

  83. Jonathan. Same thing for me comme disait mon beau-père au resto lorsqu’en voyage aux États. Mais pas d’accord pour Koivu.

  84. Kovalev est le seul joueur de 80 points avec lequel Price a joué pendant toute sa carrière. C’est dire.

  85. J’étais un passionné durant la période 1970-1990, soit jusqu’à la publication des salaires des joueurs. À partir du moment où les joueurs ont connu le salaire de leurs coéquipiers et de leurs adversaires, la game a changé fondamentalement.

    C’est devenu un jeu plus individualiste, le côté business, marketing, publicité à pris de plus en plus de place jusqu’à faire en sorte que c’est devenu franchement insupportable de regarder une partie à la télévision (2 minutes de jeu, 3 minutes de pubs). Et les grèves des joueurs pour obtenir des contrats faramineux me puent au nez, car je les perçois comme des manifestations indécentes d’une classe sociale de privilégiés.

    Et dernièrement, le narcissisme dégoulinant de la plupart des jeunes joueurs via leurs comptes sur les médias sociaux m’est franchement devenu insupportable — personnellement, je m’en tape comme de l’an 40 des vacances en famille d’un tel ou qu’un autre a été mangé dans tel resto chic.

    Comment puis-je être encore un passionné du hockey alors que je ne m’identifie plus à aucun joueur? Que les valeurs des joueurs ne sont plus les miennes?

    Bref, j’appartiens à un monde révolu, disparu, si ce n’est honni ; alors, il me reste le côté intellectuel de la game.

  86. Pour moi, c’est tout le contraire, le côté plafond salarial, le repêchage et toute la magouille qui tourne autour des clubs pour essayer de monter une équipe dominante, ne m’intéresse pas vraiment.

    Maintenant, puisque j’en ai plus en arrière qu’il ne m’en reste en avant, je m’intéresse au club déjà formé, dominant. Ce que je veux voir, ce sont les prouesses de joueurs, de trios et d’équipes dominantes.

    Suivre une équipe qui en arrache dont les joueurs ont toutes les misères du monde à compter un but dans un filet désert, aujourd’hui me frustre royalement.

    Je veux retrouver le CH dans les équipes gagnantes et dominantes et comme il semble que ce ne sera pas dans cette décennie, donc je me tourne vers les Panthers, Tampa ou toutes autres équipes pleine de joueurs dominants afin de voir des jeux et des victoires spectaculaires.

    Le vrai plaisir au hockey comme spectateur est de voir des jeux impressionnants avec une série de victoire et ce sont deux raisons qui soudent les joueurs entre eux.

    Lequel trio j’apprécie suivre, est-ce celui de Hoffman, Gallagher et Dvorak ou celui de Verhaeghe, Barkov et Tkachuk? Un gros dilemme!

  87. Plusieurs type d’amateurs sur le blogue:

    Pour ma part, j’aime analyser les à cotés de la partie (contrats, repêchages, etc.)

    Mais pour regarder une partie, je suis un fan du CH ou du Canada, je préfère regarder une partie du CH qu’un Colorado Tampa en saison régulière.
    (Par contre je vais écouter les matchs importants comme la finale de la coupe).

    et même si je souhaites un bon choix au repêchage, pendant une partie, je veux qu’on (Le CH) gagne.

  88. J’aime le plafond et la gestion des contrats dela LNH.

    Ca évite d’avoir les proprios milliardaires (comme dans certains sports sans plafond) d’acheter le championnat.

    Tous les sports devraient avoir un plafond.

    Il y a plusieurs reglements a changer dans la LNH pour la rendre plus interessante. (Comme diminuer le nombre de partie par saison, 82 c’est trop.

    Quelle est la chose a changer dans la LNH pour la rendre plus interessante selon vous?

    Poir moi, j’aimerais aussi plus d’offensive. P-e du 4 contre 4 en tout temps serait cool ou diminuer la grosseur des équipements des gardiens.

  89. @Laval

    Je suis d’accord.Je suis un passionné qui est devenu ”intellectuel” par la force des choses (surtout un mauvais spectacle de notre CH). J’ai redécouvert mon sport en regardant les matchs du Colorado et des Oilers.

    Pour ce qui est de l’offensive sans changer le jeu dans son ensemble, c’est très simple comme solution : L’ARBITRAGE !

    Il faudrait, qu’une fois pour toute, que la ligue règle ce problème. Si les règles étaient appliquées, il y aurait automatiquement une augmentation de l’offensive et des beaux jeux. Mais bon je sais très bien que c’est un voeu pieux…

  90. Le plafond salarial est implanté dans presque toutes les ligues professionnelles de sport comme la NBA, NFL, NHL, MLS, NRL (rugby Australie et Nouvelle-Zélande), Super League ( rugby européen ).

    Dans la MLB, il n’y a pas de plafond salarial mais une taxe de luxe qui sert d’amendes contre les clubs avec une masse salariale très élevée ( Yankees, Dodges etc… ). En fait, il y avait un projet de plafond salarial approuvé par les propriétaires mais refusé par le syndicat des joueurs.

    En KHL, c’est comme le reste, ambigüe et leur plafond salarial est mou et il est prévu une taxe contre les équipes en infraction pour aider les clubs faibles. Mettons que le plafond salarial est très très flexible. Et pour aider à la confusion, les clubs peuvent placer 2 joueurs désignés ne comptant pas sous le plafond!

    Joueur désigné: La règle du joueur désigné (ou Designated Player Rule en anglais), également surnommée règle Beckham, est une règle d’exception au plafond salarial de la Major League Soccer nord-américaine.

    Il semble que la KHL a repris cette règle pour elle.

  91. Le 9 septembre 2022 à 18 h 22 min, Laval a dit :
    Quelle est la chose a changer dans la LNH pour la rendre plus interessante selon vous?
    ==============================================
    Ça fait longtemps que je répète la même chose et je sais aussi que tous ne seront pas d’accords mais je pense que la grandeur de la surface glacée devrait être comme pour les Olympiques. Les joueurs sont plus rapides, plus gros qu’avant. Le jeu a vraiment changé depuis les années ’70. Ça donnerait plus d’espace à tous et les petits joueurs spectaculaires à voir jouer pourraient éviter les mastodontes qui ne veulent que les démolir. On a souvent que tout le jeu se passe dans une cabine téléphonique (pour ceux qui ont connu ça…ou une boîte d’allumettes. Ça manque d’espace et les beaux jeux sont rares. Ça ressemble souvent à du pinball (machine à boules) plutôt qu’à deux jeu pensé.

    Quelqu’un l’a souligné mais bon…les arbitres devraient avoir un pouvoir qui leur permettrait de se foutre des proprios qui, eux, ne sont pas contents quand leur équipe est pénalisée trop souvent. Ils n’auraient qu’à être plus disciplinés, final bâton.

  92. @ Kataway
    Suis partiellement d’accord avec vous parce que je souhaiterais un agrandissement de la patinoire mais moindre que les dimensions olympiques: quelques pieds de plus en largeur et en longueur et surtout 1 ou 2 pied de plus derrièere le filet pour que cette zone devienne une zone de jeu, une zone oû les joueurs ‘fabriquent’ un jeu.

    Mais c’est rêvé en couleur car les coûts et les pertes enregistrées suite à un tel; agrandissement seraient énormes ainsi que les écarts entre les équipes dominantres et les équipes faibles.

    PS : Quand la dernière fois avez-vous vu un attaquant trouver l’espace pour déborder un défenseur?

  93. @laval.

    Si seulement on pourrait interdire les bagarres, punir l’accrochage et les coups de batons. On aurait déja un bien meilleur spectacle, même avec la taille des patinoires actuelles.

    Sur ce même blogue, un perspicace contributeur avait mis une vidéo ou 3-4 joueurs différents, sur la même séquence, donnait des coups de batons sur la cheville de Draisatl…. et le tout, sans punition.

    Déplorable.

  94. C’est triste de constater qu’il y a maintenant une publicité sur le chandail du CH. On peut se consoler en se disant qu’au moins ce n’est pas le logo de St-Hubert comme pour le Rocket…

  95. @ Jonathan
    Il n’y a pas de prix de consolation : il n’y a que le prix de la cupidité!

    PS : mais je devrai sans doute vivre avec!!!

  96. En plus d’être de l’avidité inconséquente qui me fait perdre de l’intérêt pour ce club, c’est un logo en anglais :
    ” RBC ” pour Royal Bank of Canada.
    Il n’est même pas en français, soit : BRC pour Banque Royale du Canada,
    au Québec, et sur le chandail du Canadiens !

  97. Chicago a essentiellement échangé Kirby Dach contre Frank Nazar, dans une chronique, un lecteur demandais à. Cory Pronman qui il préférait avoir et pourquoi?

    RÉPONSE: Au niveau de la patinoire, Dach est clairement le meilleur joueur de hockey. Il est beaucoup plus grand, pas aussi bon patineur que Nazar mais pas si loin, et tandis que Nazar est beaucoup plus compétitif, Dach a une touche offensive plus naturelle. Dach était un choix n ° 3 pour une raison. Il est une rare combinaison d’outils entre son gabarit, ses pieds, ses compétences et sa vision au milieu.

    Dach est cependant loin d’être parfait. Il y a une raison pour laquelle Chicago l’a échangé. C’est un joueur très frustrant. En revenant à sa saison de repêchage en 2019, il était inconcevable qu’un joueur avec ses habiletés , qui a joué autant que lui pour Saskatoon dans la WHL, ait à peine dépassé un point par match en junior. Il pouvait dominer un match, comme il l’avait fait au premier tour de sa série éliminatoire cette année-là, et avait une séquence où il avait trois points en 14 matchs.

    Il peut être un joueur frustrant et je comprends pourquoi Chicago a voulu passer à autre chose pour ce qui semble être une reconstruction longue et douloureuse à Chicago. Ils peuvent remonter un peu le temps et obtenir Nazar plus longtemps, avec des années plus bon marché.

    Cela dit, je préférerais toujours Dach, même avec ses imperfections. … Nazar est un excellent joueur, mais Dach pourrait être un véritable centre de première ligne si il est bien encadré.

  98. ça commence par RBC et quand tout le monde sera habitué à voir cette marque, les chandails LNH vont ressembler aux chandails multicolores de publicité des clubs de hockey européens.

    J’ai hâte de voir une bouteille de ketchup Heinz sur le chandail du CH, on aura de la difficulté à la distinguer.

  99. Bonjour à tous, moi pour les chandails si çà reste dans la sobriété comme actuellement pas de problème avec çà. Ce que je changerais, les contrats garantis qui ne font aucun sens quand un joueur est rendu à terminer son contrat après 33 ans plus ou moins, avec le plafond salarial çà n’a aucun sens. Bon enfin la saison va débuter et on va plus parler de hochey que des salaires, même si on ne pourra y échapper.

  100. Pour la publicité sur les chandails, rien de surprenant, les riches en veulent toujours plus, et je ne parle pas juste du jovialiste de proprio. Je parle surtout des joueurs et de leur association. Ce n’est jamais assez, et les clients continuent d’accepter de payer. Tant que les clients vont payer, ils vont continuer d’ambitionner.

    Sinon, pour s’en tenir au hockey, Le bon Mathias jette rapidement Poehling aux orties. Ce n’est pas parce que HuGo l’ont donnée à Pittsburgh que le trumpiste ne débloquera pas dans son pays. C’est un gars aux idées extrêmes, mais il continue d’avoir les qualités pour devenir un excellent 3e centre.

    M. Brunet est rapide à entériner ce genre de décision, surtout qu’ils semble aimer encore plus Hughes qu’il aimait Timmins. C’est tout dire. Il n’a pas fini de l’appuyer, et au besoin, de le défendre. Quand Mathias aime, il aime. Ça s’approche parfois de l’amour aveugle. Même chose quand il prend un homme de hockey en grippe.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-13/rondelle-libre/aucune-recrue-au-tournoi-de-golf-du-ch.php

  101. @mikel

    Ce que j’ai hâte d’entendre, à la radio ou à la télé, c’est la commandite suivante :

    « Ce jeu de puissance est présenté par Viagra : quand il faut compter, prenez Viagra! »

  102. Article de Richard Labée sur Raphael Harvey-Pinard. Intéressant de lire que RHP a travaillé sur son coup de patin avec un entraîneur spécialisé, mais ce n’est pas le CH qui lui a fourni cette ressource, c’est son agent, comme ça arrive très souvent avec les prospects qui ont de bons agents. Alors, là encore ça montre que cette histoire voulant que le CH va maintenant mieux développer est gonflée par les journalistes. Harvey-Pinard aurait travaillé avec cet entraîneur même si Bergevin était toujours DG. D’ailleurs, j’ignore si hors saison, et hors du camp de développement, les clubs de la LNH ont le droit de travailler avec leurs joueurs ou espoirs.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-14/le-canadien/rafael-harvey-pinard-pret-a-passer-a-l-autre-etape.php

  103. Dans la série initiée par Laval « quelle est la chose à changer dans la LNH », ma réponse est: la façon de déterminer le rang de repêchage des équipes.

    Actuellement, les équipes les plus médiocres ont les choix de repêchage les plus élevés. C’est aberrant car cela encourage des équipes à perdre pour avoir un meilleur choix, c’est-à-dire la tricherie.

    Dire que l’on interdit aux joueurs de parier sur les matchs et que l’on a banni Pete Rose pour cette raison, mais on donne une motivation à des équipes de tricher.

    Je comprends que permettre aux équipes médiocres de repêcher en premier avait pour but d’assurer une parité. Mais avec l’instauration du plafond salarial, on n’a plus besoin de ce mécanisme. Les rangs de repêchage pourraient être déterminés par un tirage au sort à chaque année ou à tour de rôle à chaque année. On empêcherait ainsi des équipes de « tanker », il n’y aurait plus d’avantages à être médiocres. On s’assurerait de respecter les amateurs.

    Quand je vois ce que font les Black Hawks actuellement, ça me lève le cœur.

  104. @patin

    Ils devraient mettre le logo de Viagra sur la « bande ».

    Et aussi au banc des pénalités… si vous vous souvenez de l’histoire que racontait Joe McGrath, le manager des Chiefs, dans Slap Shot.

  105. @johngalt

    Je suis completement d’accord avec toi.

    Je trouve ca ridicule le tankage avant le debut de la saison (Chicago et Arizona) et comme Ottawa a fait il y a quelques années.

    Par contre, cette strategie fonctionne et plusieurs équipes continueront a le faire.

  106. Toutes les ligues nord-américaines de sports majeurs fonctionnent selon le classement. La NFL n’a même pas de loterie. La LNH a une loterie et un club ne peut avoir le 1er choix au total plus de deux fois en 5 ans. Ceci dit, au lieu de se limiter au 1er choix, je changerais ça pour le top-3. Par exemple, pas plus de deux choix top-3 en cinq ans et pas plus de trois choix top-10. J’ajouterais aussi un droit de recul. Si un club a un choix top-3 une année, mais trouve qu’il n’y a pas d’assez bon joueur, elle pourrait renoncer à un de ces choix et repêcher #4, ou un club qui a le choix #10 dans une année faible, pourrait renoncer à ce choix et repêcher #11, et ainsi de suite pour les clubs qui suivent.

  107. Je ne suis pas tous les sports mais je pense que l’hockey est le seul sport ou les clubs tank avant le debut de la saison.

  108. @Laval

    Ça existe dans les quatre sports majeurs nord-américains. Les Astros de Houston au baseball est des cas les plus clairs. Les Jaguars de Jacksonville, les Dolphlins de Miami dans la NFL et bien d’autres. Je connais très peu la NBA, mais c’est aussi un problème dans cette ligue, voir le lien. Ceci dit, il est parfois difficile de distinguer médiocrité par incompétence et véritable processus instauré pour perdre le plus possible.

    https://www.nbcsports.com/washington/wizards/what-tanking-history-nbas-controversial-lottery-strategy

  109. Je ne suis pas du tout un expert mais je crois que c’est seulement au hockey que le plafond salarial est si rigide qu’il permet une parité entre les équipes.

    Entre autres, je crois que dans la NFL les immenses bonis à la signature ne sont pas comptabilisés, des joueurs dits de concession sortent du calcul du plafond et les contrats ne sont pas garantis.

    Dans la MLB, les équipes riches peuvent dépasser le plafond en payant une taxe. Et le plafond est si élevé que les équipes moins riches ne cherchent même pas à l’atteindre.

    Rien de tout ça dans la LNH.

  110. Non. Dans la NFL tout l’argent garanti dans les contrats est comptabilisé. Sauf que la très grande majorité des contrats ne sont pas 100% garantis. Les quart-arrières et certaines autre grandes vedettes comme Aaron Donald s’approchent de plus en plus du 100% garanti. Pour la plupart des joueurs, une fraction seulement est garanti, souvent très peu, et si un joueur est coupé, le club peut éliminer la partie non garantie du contrat de sa masse. Ceci dit, les bonis sont toujours garantis, et comptent dans la masse, mais sont répartis de manière égale sur chaque année du contrat, et des années bidons peuvent être ajoutées à un contrat pour reporter l’impact salarial complet à plus tard. Ils appellent ça des “voidable years”. Lire cet article pour comprendre. C’est un peu compliqué et ça permet de paqueter un club pour quelques années et de payer le prix plus tard.

    https://www.theringer.com/nfl/2021/3/16/22334000/nfl-free-agency-tom-brady-taysom-hill-voidable-years

  111. J’ai apporté une modification au site pour régler le problème de fausses inscriptions par des robots, surtout russes. J’ai installer une application qui me permet d’autoriser seulement l’inscription à partir de certains pays. Pour le moment j’ai autorisé l’inscription à partir du Canada, de la France, de la Belgique et de la Suisse. Si jamais quelqu’un voudrait que j’ajoute un pays, laissez-le moi savoir à l’adresse courriel que j’utilise pour ce site: [email protected]

  112. Les petits cocos de journalistes qui décriaient la sélection de Logan Mailloux l’an passé commencent à revenir à la réalité. Le jeune n’est pas le monstre décrit par certains, et ce serait tout un joueur de hockey. Bergevin et Timmins doivent se dire que le futur leur donnera raison. Pour ce qui est de Mailloux, il devra trouver un moyen de jouer des matchs, et Hughes devrait le mettre sous contrat dès maintenant.

    https://www.danslescoulisses.com/logan-mailloux-plus-bel-espoir-a-la-ligne-bleue-selon-des-contacts-de-marc-andre-perreault/

  113. Pour Mailloux, un idiot connu de RDS propose qu’il donne la moitié de son salaire à des associations. Quelle imbécillité.

  114. Mailloux me semble un excellent choix et c’est pas mal hypocrite d’affirmer le contraire. Je suis sûr que si le CH ne le repêche pas en première ronde, un autre club le choisit très tôt en deuxième ronde. Comme si le fait d’avoir été choisi en première ronde le rendait plus disgracieux qu’il ne faut. Bien content qu’il soit dans la cours du Canadien car il me paraît comme un excellent joueur de défense…

  115. Certains s’énervent avec Arber Xhekaj et le voient parmi les bons prospects du CH en défense. Je me garde une petite gêne avec lui car il a déjà 21 ans et 8 mois, soit presque 22 ans. Il était donc très avantagé dans le junior l’an passé. Je ne dis pas qu’il n’a pas de chance de devenir un défenseur de la LNH, mais je trouve qu’on oublie trop souvent que l’an passé c’était un homme qui jouait contre une majorité d’adolescent en OHL. On verra s’il fera le club à Laval.

  116. Match des recrues du CH. Une période de jouée. J’ai bien aimé Slafkovsky qui a fait un bon jeu et récolté une passe sur un but de Mesar en désavantage. L’autre but a été compté par Emil Heineman sur un bon tir vif et précis. 2-2 après une période dominée par le CH. La gardien Vrbetic a donné un but faible. Voici le lien pour suivre le match.

    https://www.youtube.com/watch?v=9UOyJQCpC3s

  117. Mathias Brunet qui lors de ces deux derniers articles répète qu’on comparait Norlinder à Lidstrom, comme si c’était une opinion vastement exprimée. À quoi ça lui sert de répéter ce qu’un seul journaliste suédois trop enthousiaste a affirmé? Il a été le seul à faire cette affirmation et Mathias répète ça depuis ce temps pour dire que c’est faux. On le savait dès le départ que c’était faux, et depuis on a vu Norlinder de près, Brunet devrait donc en revenir, misère!

    Le bon Mathias admet aussi les failles dans le jeu de Slafkovsky, passes à l’aveuglette, manque de réalisme à certains moments. Rien qui ne peut être corrigé. Ceci dit, je l’ai bien aimé quand même. Il deviendra un bon ailier de puissance, il a toute une présence physique à seulement 18 ans, imaginez à 23-24 ans. La seule question pour moi est de savoir s’il était justifié de le préférer à Shane Wright comme premier au total. C’est ma seule interrogation dans son cas. Au pire il sera un Joel Armia plus travaillant, plus physique et plus productif offensivement, mais peut-il devenir un compteur de 40 buts et 80 points? Là est la question.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-16/rondelle-libre/cinq-mises-en-garde-dans-l-analyse-des-recrues.php

  118. «La seule question pour moi est de savoir s’il était justifié de le préférer à Shane Wright comme premier au total.»

    Ou à Simon Nemec ou Logan Cooley qui ont été choisis avant Wright. C’est effectivement possible aussi que ceux-ci soient les meilleurs. C’est vraiment difficile de choisir parmi des jeunes de 18 ans celui qui aura la meilleure carrière.

    Ce qu’on espère surtout, c’est que Slaf soit un joueur d’impact même s’il n’est pas le meilleur.

    Et s’il est un Joel Armia plus travaillant et plus physique, ce sera un joueur étoile. Armia, quel beau talent gaspillé. Heureusement, on sait avec certitude que Slaf lui a de la hargne et du chien.

  119. Il y a des joueurs exceptionnels dans tous les sports professionnels dont Ohtani aussi efficace comme lanceur que frappeur.

    Dans la LNH, à part Bobby Orr, avez-vous d’autres joueurs qui vous vient en tête qui sont ou ont été des joueurs de haut niveau autant comme attaquant que défenseur?

    Je mentionne Bobby Orr parce qu’il pouvait déjouer ses adversaires comme un Mario Lemieux, montait la rondelle comme un Sidney Crosby, avait un lancer précis à la Bobby Hull et était un défenseur remarquable à la Paul Coffey.

  120. Le seul qui peut se rapprocher quelque peu-peu-peu est Red Kelly,….Brad Park,…..Larry Robinson….. mais tous n’arrivent pas à la cheville de Bobby Orr

  121. J’ai eu l’immense chance de voir Bobby Orr à Shawinigan lorsque j’avais environ 15 ans. Totalement hallucinant de domination de son sport. On ne voyait que lui sur la patinoire.

  122. Ce sera difficile pour Makar pour des raisons toutes simples…les joueurs d’aujourd’hui sont beaucoup plus entraînés que ne pouvais l’être les joueurs des années ’60 et ’70. C’est tout un défenseur par contre. Orr avait un certain avantage, soit de jouer dans des années où beaucoup étaient sur le party et, tout en étant meilleurs que la moyenne, ne poussaient pas pour être exceptionnels. Orr avait cet avantage par son patin d’une fluidité naturelle déconcertante. Et peu se sont frottés à lui au bout du poing. Il dominait dans cet aspect du jeu aussi. Un phénomène. J’ai toujours aimé séparer les défenseurs des avants. Pour moi Orr a été le défenseur par excellence tout comme Mario Lemieux l’aura été à l’avant. Je sais que plusieurs pourraient argumenter sur le fait que Gretzky a été le magnifique mais Lemieux n’a jamais eu le support d’aussi bons co-équipiers que Gretzky et ses problèmes de santé sont venus ruiner une superbe carrière. Dommage. Il était d’un naturel aussi comparable à Orr mais à l’avant.

  123. J’ai lu l’article.
    Le probleme avec l’hockey (et les sports avec un plafond) est d’attirer les joueurs et de les rendre heureux pour les garder .

    Ce n’est pas tous les joueurs qui ont eu le gout d’apprendre le francais. Les forcer, ca va envoyer un mauvais message.

  124. @mike

    De 1966 à 1973 (à peu près), le style de jeu du hockey permettait qu’un défenseur comme Orr puisse jouer comme il le faisait. Puis, les directeurs généraux et les entraîneurs se sont ajustés : ils mettaient des taupins spécialisés dans le massacre de genoux ou de chevilles sur la glace pour blesser intentionnellement les meilleurs joueurs adverses. Résultat, le style de jeu agressif, plus lent et plus concentré en zone neutre ne permettait plus trop les montées à la Orr — sans quoi, c’était un coup de coude en pleine face ou un coup de hache par en arrière sur la cheville. Et n’eut été des Canadiens du milieu des années 70, soit une équipe parfaite pour rivaliser avec les équipes comme les Flyers et les Bruins, je pense qu’on aurait assisté pendant longtemps à du hockey à la Slap Shot.

    Tout ça pour dire qu’un gars comme Orr est arrivé dans la LNH au bon moment pour exploiter tout son immense talent. Eût-il arrivé en 1988, en 1996 ou en 2002, il n’aurait jamais pu jouer comme il le faisait en 1970. Des Scott Stevens, Ulf Samuelson, Chris Pronger ou Darius Kasparaitis l’auraient sonné en plein milieu de la glace ou après le sifflet.

    Peut-être qui si Bo Jackson avait joué au hockey…

  125. Le problème c’est qu’on est en Amérique du nord où on parle l’esperanto du 21e siècle, l’anglais, partout sauf au Québec, hors du Grand Montréal. En Amérique du Nord tout se passe en anglais, et à Montréal les francophones n’imposent pas leur langue comme ils le devraient. Le syndrome du francophone qui aime montrer qu’il sait parler anglais est de plus en plus présent. Chez les jeunes c’est une catastrophe. Ils mettent de l’anglais partout et déforment le français complètement avec des conjugaison anglais de verbe débiles dans des phrase en français. Ça découle d’un complexe d’infériorité qui remonte à très loin, un complexe de minoritaire sur le continent qui veut se revaloriser.

    J’ai travaillé 25 ans dans l’ouest de l’île de Montréal. J’étais bien placé pour constater le phénomène bien avant son ampleur actuelle jusqu’à Laval et Brossard. J’ai toujours été saisi par le sans gêne des anglophones et allophones anglicisés à imposer l’anglais aux francophones par rapport à l’empressement des francophones à se soumettre à l’anglais dès que leur interlocuteur s’adressait à eux dans cette langue. Je suis de retour en région depuis six ans et le contraste est frappant. C’est deux mondes. Les régions vivent comme si la Métropole ne s’anglicisait pas à grande vitesse. On est bien dans notre petit milieu totalement francophone et on se dit qu’on va mourir avant que l’anglicisation du Québec en entier ne nous atteigne. L’exode des francophones vers la périphérie de Montréal est un symptôme frappant du phénomène, au lieu de combattre, on fuit.

    Tout ça pour dire qu’on est loin de l’Europe où il est normal de parler plusieurs langues. Ça fait partie des mœurs. En Amérique du Nord, les anglophones n’en ont rien à cirer d’apprendre une deuxième langue. Ils parlent la langue dominante dans le monde, celle que les locuteurs d’autres langues maternelles apprennent pour communiquer. Alors pourquoi feraient-ils un effort. Les autres peuples le font à leur place. On parle anglais à Bruxelles au siège de l’Union Européenne et la Grande-Bretagne n’est même plus dans l’union européenne. La différence en Europe, c’est que l’anglais ne menace pas les langues des différents pays car aucun ne parle l’anglais comme langue maternelle. Ici en Amérique du Nord, nous somme un îlot francophone entouré d’anglais, et nos anglophones ne rêvent que d’une chose, engloutir l’îlot francophone pour qu’il n’y est plus rien d’autre qu’une mer anglophone immaculée.

  126. Pour Bobby Orr, c’est vrai que la violence du jeu des années 70 lui a nui, mais il a aussi joué avant l’ère des systèmes de jeu structurés, de la trappe et tous ses dérivés. Tout ça sans compter des gardiens plus petits et bien moins bons qu’aujourd’hui et qui portaient un équipement beaucoup moins imposant. C’est pourquoi, selon moi, Mario Lemieux reste le meilleur joueur de l’histoire. Il a joué à la pire période, avec l’accrochage, les arracheurs de tête à la Scott Stevens, et la trappe à Lemaire, et malgré tout il était dominant sans être aussi bien entouré et protégé que le petit Gretzky à qui on ne pouvait toucher. Dans la mentalité du hockey, un joueur imposant physiquement comme Lemieux devait se défendre lui-même et à cause de ça il a encaissé beaucoup plus de coups. Tout ça sans compter le fait du survivre à un cancer au travers de tout ça.

  127. Bien d’accord avec le fait que Gretzky était très protégé. Au point que lors de son échange à Los Angeles il a exigé que son protecteur soit aussi échangé avec lui. Et, parlant de protecteur…ouin…la mentalité au hockey est loin de changer. On l’a encore vu dernièrement avec Arber Xhekaj et Massicotte qui s’est fait passer le KO. Quand Xhekaj parlait de son haut fait d’armes, il disait à quel point les joueurs sur le banc trouvaient ça drôle. Ouin (bis). La seule consolation est qu’il est du côté du CH et qu’il pourrait avoir comme mission de protéger les Suzuki de cette équipe.

  128. Mathias, probablement sans s’en rendre compte, s’est rallié à ma position sur l’aspect négligeable du “développement” comme facteur déterminant dans le succès d’un jeune joueur pour atteindre et s’établir avec le CH. Je le cite: ” Les blessures, le découragement, le manque de talent, des joueurs supérieurs sont autant de facteurs pour expliquer qu’on n’atteint jamais le goulot.” Le goulot de l’entonnoir étant une place de régulier dans l’alignement du CH. Si aucun espoir du CH n’arrivait jamais à percer l’alignement du grand club, on pourrait se dire que Mathias a omis le développement car celui-ci est égal et mauvais pour tous, mais ce n’est pas le cas.

    Certains réussissent, et d’autres n’ont juste pas assez de ce qu’il faut pour réussir au niveau de la LNH. Ceci dit, je réitère que M. Brunet élimine Ryan Poehling rapidement de l’équation du repêchage 2017. Bien sûr, l’étau se resserre pour le trumpiste en patins, mais de retour dans son pays il pourrait éclore pour vrai. Ceci dit, il aurait peut-être éclos aussi à Montréal cette année. Le fait que Hughes ait décidé de s’en servir pour se débarrasser de Petry ne veut rien dire. Chicago a donné Danault au CH et on connaît la suite.

    Sinon, fin de carrière décevante et prématurée pour PK Subban que j’ai toujours aimé sur la glace à Montréal. Dire que ceux qui s’indignaient de la transaction contre Weber avançaient comme argument que Subban jouerait plusieurs années de plus que Weber en raison de la différence d’âge entre les deux. Difficile de comprendre une chute si abrupte.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-20/rondelle-libre/l-entonnoir.php

  129. Je croyais encore aux chances de Poehling. J’ai encore frais à la mémoire l’échange qui avait envoyé John LeClair à Philadelphie…ouf…Serge Savard avait commis une énorme bourde. Et, comble de la bêtise humaine, il avait inclus Éric Desjardins (sans compter Gilbert Dionne…mais bon, c’était de moindre importance). De perdre Desjardins m’avait fait sourciller et pas à peu près. Tout ça pour Recchi. Je reviens souvent sur ce point et j’y tiens mordicus…un autre exemple où on échange un bon défenseur contre un joueur d’avant…aussi bon soit-il. Recchi s’est ennuyé de sa mère à Mtl et une fois parti sous d’autres cieux il s’est permis de déblatérer sur l’organisation des Canadiens. Peut-être avait-il raison mais bon…on repassera pour la diplomatie. Serge Savard, par contre, s’était vraiment fourvoyé dans cet échange. Il a très mal paru. En espérant que Poehling ne nous réserve pas la même surprise. Pas que j’en veuille au jeune homme, tout au contraire, mais j’ai trouvé ça hardi de la part de HuGo de le laisser aller si facilement.

  130. Avec la retraite de Subban, c est le temps de faire le bilan de la transaction pour Weber.
    J ai aime beaucoup ce que Subban faisait sur la patinoire pour le CH a ses 2-3 premieres années. Par la suite. son ego démesuré et son personnage controverse portaient sérieusement ombrage a ses performances. Un diviseur pour l équipe plutôt qu un rassembleur.
    Mais s il avait, comme entendu a l époque, donne au CH 4-5 années-ci de bon hockey de plus que Weber, et s il avait pu maintenir son niveau, j avoue que ce serait un “close call” pour determiner qui a eu l avantage.
    Cependant, avec les livres maintenant fermes des deux cotes, je considère que c est une des meilleures transactions de Bergevin.

  131. Bon. MacKinnon a fait sauter la banque. Il ne vaut pas autant que ça, 12.6 M$ par année. Un autre cas de joueur qui voulait compenser pour son précédent contrat où il était sous-payé. Colorado vient de saffaiblir à moyen terme, son nouveau contrat ne commençant qu’en 2023-24. Il reste 13 M$ pour neuf joueurs sans contrat pour 2023-24. Colorado se rapproche du modèle Toronto. Tout ça sans gardien de premier ordre établi. Georgiev remplace Kuemper, mais il s’est fait déclasser par Shesterkin l’an passé.

  132. Suzuki n’est pas le genre MacKinnon et McDavid mais j’en suis bien content. Je n’aime pas cette façon du structurer une équipe, soit de donner beaucoup trop à la super vedette. Pour moi, le hockey demeure un sport d’équipe et j’aime bien quand il y a un équilibre normal entre le meilleur et le moins bon joueur de cette même équipe. L’après carrière nous prouve que le moins bon était très utile au meilleur et si les deux portent une bague de la Coupe Stanley, ils deviennent souvent des amis pour la vie. Aucun million ne bat ça.

  133. Pour le 12.6M, c’est cher mais il aurait surement eu plus l’an prochain.

    Aucun joueur payé plus de 10M n’a gagné la coupe. Comme vous dites, le hockey est un sport d’équipe, il faut une équipe complète pour gagner la coupe et non quelques joueurs élites qui prennent un gros cap hit.

  134. @Laval

    Si aucune équipe n’a gagné la coupe avec des joueurs payés plus de 10 M$, pourquoi Colorado accepte de lui en donner 12.6? Pourquoi ne pas avoir eu un plan pour l’échanger au repêchage? Colorado était alors déjà au courant des demandes de MacKinnon. Ils auraient obtenu un fort retour pour ce joueur, même si cela aurait signifié un pas de recul à court terme. Ils ont plutôt choisi les pas de recul à moyen et long terme.

  135. @opeth
    Je suis d’accord avec l’échange au lieu de le signer mais Sakic ne veut les partisans et proprio en rage contre lui.

    Il se peut fort bien que la commande vient d’en haut de le signer a tout prix (comme dans plusieurs marchés ou les proprios pensent a leurs finances avant le bien de l’équipe).

  136. Bien dit Laval…l’ego des proprios est souvent cause de problèmes pour le DG. Le gros bon sens ne fait pas toujours parti de leurs décisions.

  137. Maintenant que MacKinnon est le joueur le mieux payé de la LNH, dépassant McDavid par 100 milles et que la barre est maintenant de 12,6 millions, les joueurs doivent miser maintenant les 15 millions par année!

    Les enchères sont lancées, qui dit mieux, une fois, deux fois, trois fois adjugés à monsieur dans le fond de la salle qui gesticule…..oups….excusez-là, il ne faisait que chasser les mouches avec sa calotte…..

  138. @kataway 13h54
    Il y a surement eu beaucoup d’échange ou l’avant a été meilleur que le defenseur. Je pense a ceux ci. Ex. Kadri pour Barrie. Stone pour Brannstrom (il est encore jeune mais décevant pour l’instant)).

    Par contre, Montreal n’a pas une bonne fiche. 2 mauvais échanges (Savard-Chelios) et Drouin-Sergachev, c’était pour aller chercher un québecois.
    Il faut éviter d’échanger pour des quebecois. S’ils veulent jouer a Montreal, ils pourront signer un contrat raisonnable quand ils seront agent libre.

  139. J’avoue avoir été surpris par l’ampleur du contrat de MacKinnon, du fait qu’il devienne le joueur le mieux payé de la LNH. Dans ma tête, il faisait partie des rares joueurs à être prêt à accepter un salaire moindre pour favoriser les chances de son équipe. J’avais l’impression ferme qu’il l’avait même déjà affirmé. En faisant des recherches, j’ai retrouvé cette citation de MacKinnon, datant de décembre 2019 : “On my next deal, I’ll take less again,” the 24-year-old said. “Because I want to win with this group.” Je présume que le fait d’avoir gagné justement l’a fait changé d’avis. Ça, et le fait que d’autres joueurs importants de l’équipe n’aient pas accepté de rabais. Je pense notamment à Rantanen (et ses 9,25M$/année) et à Kadri (qui est parti à la recherche du contrat de sa vie). L’article d’où cette citation est tirée se trouve ici : https://www.sportsnet.ca/hockey/nhl/nathan-mackinnon-reiterates-definitely-didnt-take-discount-2016/

    Dans un autre ordre d’idées, Mathias est VRAIMENT en amour avec Martin St-Louis… https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-21/rondelle-libre/ayons-des-attentes-realistes-envers-slafkovsky.php

  140. @Provencal

    L’amour aveugle on dirait bien pour s’ébaubir ainsi devant les clichés énoncés par MSL. Je n’ai pas de problème avec les dirigeants ou les joueurs qui énoncent des lieux communs à propos du sport qu’est le hockey, car ça demeure un sport impossible à réellement réinventer. Les bonnes vielles règles demeurent toujours les mêmes. Des coachs qui désiraient appliquer une approche plus humaine avec leurs joueurs on en a déjà vu plein, mais l’obligation de résultat demeure et tôt ou tard l’autorité du coach doit se manifester. Les hommes demeurent des hommes et les tapes dans le dos ne suffisent pas dans bien des cas.

    Autrement, Mathias s’efforce encore d’abaisser les attentes envers Slafkovsky. Quand même drôle pour un commentateur qui a tellement poussé pour que le CH choisisse ce joueur. Personnellement, je demeure convaincu que les comparaisons avec McDavid et Matthews ne servent à rien. Personne ne s’attend à voir un des choix top-10 du dernier repêchage rivaliser avec ce genre de joueur super élite, non, la comparaison à laquelle Slafkovsky devra faire face, c’est celle avec Shane Wright. Ce sera à lui qu’il sera toujours comparé et qu’il devra surpasser, ou au moins, égaler. Oubliez Cooley et Nemec ou n’importe quel autre joueur du dernier repêchage. Le seul qui était vu devant Slafkovsky par plusieurs, c’était Wright. Il est tombé 4e par un concours de circonstances, New-Jersey qui avait déjà ses deux premiers centres, puis Arizona qui a pris un Américain en Cooley. Si Wright obtient 50 points cette année et Slafkovsky 25, ça va hurler.

    Autre élément intéressant aujourd’hui, Michel Therrien qui confirme le crédo des années Bergevin. Je cite: “Quand tu peux compter sur un joueur de concession comme Price, tu ne peux pas être en reconstruction parce que tu ne sais jamais ce qui peut arriver en séries, où Price peut faire la différence à lui seul.” C’était le crédo de l’ère Bergevin, mais aussi un acte de foi partagé par les proprios du club, le jovialiste Geoff Molson en tête de liste. Donc, ça confirme ce que j’ai toujours prôné lors de ces années, c’est-à-dire que Bergevin ne pouvait agir que dans les limites du mandat qu’il avait des proprios. En fait, il n’aurait pas obtenu le poste de DG du club s’il n’avait pas partagé la croyance que tout devait être basé sur le messie Carey. Tous étaient d’accord pour tout miser sur Carey Price. Ils ont tenté leur chance, sont sont approchés du but, mais ont terminé à court.

    L’ère HuGo ne pourra pas être jugée à la même aune car le mandat est différent, même si Therrien dans son texte prône déjà l’échange de jeunes défenseurs pour accélérer le processus. Le CH n’a pas actuellement de joueur de concession. Ils ont plusieurs bons jeunes joueurs à différentes positions, mais pas de joueurs transcendants. Peut-être qu’un joueur parmi ces jeunes finira par atteindre ce statut, mais personne ne l’a actuellement. Alors HuGo peuvent agir de manière plus libre car il n’y a pas de joueur autour duquel tout sera construit et il n’y a pas d’urgence à échanger des jeunes actifs (choix et/ou prospects) pour améliorer le club à court terme.

    Tout ça pour dire que le contexte doit être pris en compte pour juger adéquatement. Bergevin n’a jamais eu le mandat de reconstruire. Ceci dit, en 2018 Molson lui a donné un faux mandat de réinitialisation, et malgré la fausseté du mandat révélée par l’offre hostile à Aho peu après, Bergevin a très bien fait durant cette période en accumulant et exerçant un surplus de choix. C’est son héritage à HuGo qui, espérons-le en récolteront les bénéfices.

    https://www.tvasports.ca/2022/09/21/la-reconstruction-forcee-du-ch

  141. Le 20 septembre 2022 à 14 h 34 min, Connard Smart a dit :

    “Avec la retraite de Subban, c est le temps de faire le bilan de la transaction pour Weber…”

    La meilleure transaction de Bergie, vraiment? Faites-moi rire car en ce qui me concerne, c’est l’une des pires.

    Son ego? Personnage controversé? Pour qui? En quoi son exubérance pouvait tant déranger? Le bonhomme a cette énergie contagieuse, mais pour que ça marche, il faut un environnement réceptif. Pour preuve, des gars plutôt réservés ou taciturnes figuraient parmis ses alliés (Markov, Price) alors que d’autres (Pacioretty, Gallagher) trouvaient qu’il en menait trop large (surement l’ombrage…). Le hockey NA est un milieu conservateur, encore trop au niveau “mononcle”, constipé, macho. Avoir eu le choix, ce sont les faces de carême comme Gally qui y seraient passées. L’avantage, c’est qu’on ne serait pas en train de “bitcher” sur l’affreux contrat dont il a été affublé, gracieuseté du subtil DG en amour avec ses joueurs de la vieille école. Le club, je l’aurais mis entre les mains des bons choix, pour le meilleur ou pour le pire. Chose certaine, on ne se serait pas ennuyé et qui sait, PK aurait probablement prolongé sa carrière plutôt que de la voir bêtement se terminer à un si jeune âge. P’tite montée de lait de ma part et soyez rassuré, c’est sans rancune ou animosité. De tous les gests posés par le CH, c’est celui qui m’a fait décroché du club, pour mon plus grand bien d’ailleurs!

  142. Concernant la signature de MacKinnon et les gros contrats à un joueur.

    Je me demande si Toronto signe Tavares à disons 8.5M$ au lieu de 11M$, est-ce que Toronto gagne la coupe ?
    Facile de réécrire le passé, mais il me semble que la réponse serait oui.
    La cascade d’évènements qui suivra la signature de Tavares est spectaculaire.
    (Je parle des contrats qui seront ensuite octroyés aux jeunes et qui mettra Toronto dans l’embarras au niveau de la masse).

    Bref, c’est fascinant de constater que plus un joueur exige d’argent plus il diminue ses changes de gagner. Triste.

  143. @manrik
    C’est au dg d’etre intelligent et dire non aux gros salaire.

    Mais les dgs pensent a leur job (court terme) et satisfaire la commande du proprio.

    Ex. Si Dubas n’avait pas signé Tavares pour une question de 1 ou 2M par année, il aurait pu perdre sa job.

    Pour le joueur, je suis d’accord que Tavares aurait pu prendre 1 ou 2M par saison par saison de moins, il n’aurait pas été pauvre.

    Mais il a possiblement accepté moins d’argent pour jouer a Toronto. P-e un club lui offrait du 12M par année.

  144. Suite au contrat de Nathan Mckinnon,

    Je crois que Colorado aura de la difficulte a resigner Bowen Byram a long terme.
    Or le CH devrait garder a l oeil cette situation. Le CH n a pas de quart arriere en defense, or Byram en est un. Je crois possible une transaction entre les deux clubs. Cette transaction devra se faire au prochain repechage, car Colorado y va pour une deuxieme coupe d affilee.
    J ai suivi Byram pour 4 saisons a Vancouver et pour avoir vu jouer Raymond Bourque a 16 ans et plus, il me fait penser a Bourque sans bon sens.
    Colorado aura besoin de jeunes au salaire minimum et le CH en a plusieurs et retourner le choix 2 tour de 2024 a Colorado.
    Je sais Opeth va dire que Byram a eu des commotions dans le passe mais tout de meme ca amelioreait le CH pas a peu pres.

    En passant Connor Bedard sera a Vancouver le 25 nov et c est deja tout vendu. J avais prevu le coup et j ai mon billet.

  145. @b.c.dan

    C’est en plein ce que j’allais répondre avant de lire la fin de votre commentaire. Ceci dit, le fait demeure, l’an passé certains ont même parlé de carrière en péril pour Byram. Si Byram prouve qu’il est bien guéri de ses commotions, je pense que Colorado vont plutôt tenter d’échanger Samuel Girard et signer Byram. La question est de savoir s’il y aurait un preneur pour Girard à 5 M$ par année pour encore cinq ans. Girard s’en tire en saison régulière, mais en séries il a de la difficulté à cause de sa très petite taille et de son faible poids. C’est pourquoi j’avais de la misère à comprendre l’enthousiasme de certains à propos du choix de Lane Hutson. Girard est listé à 5’10”, mais il est plus petit que ça selon moi.

  146. Je trouve Mathias Brunet beaucoup trop positif avec HuGo et MSL parce qu’ils n’ont encore rien prouvé. Il n’y a rien pour justifier un tel enthousiasme, sinon le fait que le CH semble vraiment vouloir compléter la reconstruction du club amorcée par Bergevin avec cette histoire de “reset”. Hughes a posé plusieurs bons gestes en principe, soit échanger des vétérans pour des choix et des espoirs. Il a aussi bien manœuvré dans le cas de Shea Weber, et pris un risque intéressant avec Sean Monahan. Ceci dit, on ne connaît encore rien des capacités d’évaluateurs de talent de Hughes, Gorton, et de l’inquiétant Bobrov qui semble en mener large en arrière scène.

    Personnellement, je vais juger aux résultats. Si les Slaf, Dach, Barron, Matheson et autres joueurs acquis par la nouvelle administration se révèlent de bons coups, je donnerai le crédit et prendrai confiance. Toutefois, pour le moment j’ai presque rien pour juger, et je ne suis pas de ceux qui voient en MSL un génie du coaching. Donc, je me garde une réserve, et j’espère que ça fonctionnera à terme. Je vois encore des moments difficiles avant un regain réel et durable.

    J’ai fait ce préambule pour faire le contraste avec le papier de M. Brunet aujourd’hui sur Trevor Timmins. Comme lui, j’ai toujours défendu Timmins, et le texte de Mathias reprend l’essentiel de mes arguments en sa faveur, à part le fait que le creux de 2008-2015 a été essentiellement dû à un manque de choix top-60. Quand même, avec Timmins il y avait les données nécessaires pour juger et pour comprendre les hauts et les bas, et comme on le sait clairement maintenant, tout le règne de Timmins a été marqué par une organisation qui refusait de reconstruire, donc, qui faisait tout pour se maintenir au classement et qui n’a jamais hésité à échanger des choix top-60 pour ce faire.

    Mais bon, avec Timmins on a le contexte, on a les données et la grande partie du résultat. On peut juger, et en tenant compte du contexte, et pour qui comprend la nature du repêchage, il est clair que Timmins a fait un bon travail. C’est en ce sens qu’il est difficile de comprendre l’enthousiasme débridé de plusieurs pour les nouveaux dirigeants du club, et le venin qu’ils continuent de cracher envers Timmins. Mathias, lui, avec raison, continue de défendre Timmins, c’est ce qui rend encore plus incompréhensible son enthousiasme débridé envers HuGo. Il n’a rien pour juger. Il est totalement dans l’opinion et le préjugé favorable. Mon but est simplement de réclamer qu’un peu d’eau coule sous les ponts avant de crier au génie, car autrement il n’y a pas de logique aux jugements qui sont émis.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-23/rondelle-libre/l-heritage-de-trevor-timmins.php

  147. Hors sujet, c’est le bordel en Russie.

    Est ce qu’il y aura un impact sur la NHL cet hiver?

    Le CH est dans une bonne position.

  148. @opeth

    Oui mais Bobrov, Hugo et MSL sont le nouveau bouton à quatre trous!

    Sans blague, c’est le même phénomène qu’on a pu observer à Toronto il y a quelques années avec la nomination des Shanahan, Lamoriello, Dubas et Babcock.

  149. Juste un feeling comme ça. On dirait bien que la nouvelle administration veut que le CH devienne un club plus offensif. Je n’ai rien contre car le spectacle devrait s’améliorer. D’autant plus qu’un gardien comme Price n’aurait sûrement pas apprécié. Est-ce que la formule va réussir…ça c’est une autre histoire. Les jeunes défenseurs vont apprendre un peu leur métier en accéléré cet hiver. En espérant que le moral tienne le coup si pendant un certain temps les choses ne tournent pas rond. Disons que Mtl a un club qui me tient présentement en haleine. Il y a beaucoup de questionnement. Il me semble que le talent est là mais une chose qui ne s’achète pas est l’expérience. Bien hâte de voir le déroulement…

  150. Slafkovsky a été invisible hier. Je sais que ce n’est qu’un match et qu’il n’a que 18 ans, peut-être rebondira-t-il, mais je me désole quand même de voir qu’aucun commentateur n’entrevoit la possibilité de l’envoyer dominer la OHL avec son ami Mesar. Je comprends mal l’idée voulant que le renvoyer junior est impossible. Je rappelle que Leon Draisatl a été retourné junior à 18 ans après en avoir arraché dans la LNH. Le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne lui a pas nui. On devrait cesser de dire qu’à cause de sa taille imposante un retour junior serait mal avisé. Ça n’a rien à voir. Ce jeune a besoin de dominer un calibre de jeu et ce n’est pas à Montréal ou à Laval qu’il va réussir ça. Ce n’est pas un exceptionnel.

  151. @ Kataway

    « On dirait bien que la nouvelle administration veut que le CH devienne un club plus offensif. Je n’ai rien contre car le spectacle devrait s’améliorer. D’autant plus qu’un gardien comme Price n’aurait sûrement pas apprécié. »

    Je ne suis pas certain que Price n’aurait pas aimé plus d’offensive, si je me fis à certaines mimiques durant des matchs.

    Un gardien déteste perdre des matchs 1 à 0 ou genre 2 à 1. Combien de matchs Price aurait dû gagner parce qu’il le méritait en raison de ses performances mais que le club lui donnait 1 ou 2 buts.

    Price aurait apprécié jouer pour Pittsburgh, Tampa, la Floride ou tout autres clubs dominants offensivement.

    Avec ses performances, lors de son apogée, s’il avait joué pour un vrai club offensif comme les Caps, il serait le gardien avec le plus de victoire à vie de la LNH.

    Ça ne se compte pas en nombre de matchs, le fait de dire qu’une chance que le CH a Price pour contenir l’avalanche de but, mais ça se compte en saisons.

  152. J’ai souvent eu mal à partir avec les recruteurs de salon ici. Souvenez-vous du gars du site “Dans la bande”. Mon problème avec ce genre de rêveur, des gars comme Simon Boisvert et bien d’autres, c’est le côté totalement hors norme de certains de leurs classements. Ils tombent en amour avec un joueur et en perdent la raison. Dernier cas que je vient de voir sur DLC. Un dénommé Ken Patoine qui se prend pour un grand expert et qui fait une liste des meilleurs espoirs du CH. Il est rendu au rang #4 de sa liste et voilà qu’il y classe Lane Hutson, un stroumpf de 5’08 et 158 lbs. Vous avez bien lu, 158 lbs. C’est minuscule pour la LNH et microscopique pour un défenseur de la LNH. En fait, il n’y a pas défenseur de moins de 170 lbs dans la LNH. Alors, même en assumant que Hutson ajoutera du poids avec l’âge, comment peut-on classer ce jeune au 4e rang des meilleurs prospects du CH. Il est à peine plus grand que Cole Caufield. C’est totalement ridicule comme classement. C’est un fantasme de recruteur de salon. Hutson deviendra un vrai prospect seulement s’il grandit de trois pouces et ajoute 20 lbs à sa charpente. On est loin du compte, et pour que ça arrive, il devra être une rare exception de croissance tardive. Ce choix est une tentative de coup de circuit de la part de Bobrov le beau parleur. Si Hutson atteint 5’11”, il passera pour un génie, mais s’il reste à 5’08, ce sera un coup d’épée dans l’eau. Ceci dit, le classer devant Mailloux, Harris, Guhle, Barron et Struble, à ce stade-ci est une folie. Je sais que vous me direz qu’on se fout de l’opinion des Ken Patoine de ce monde, mais pour moi ça montre le côté irréaliste de ce type de commentateur. Le genre de gars qui méprisait Bergevin car dépassé, et qui porte HuGo/Bobrov aux nues sans preuves de leur supériorité.

  153. Pour Slafkovsky, OHL est la meilleure option pour pas bruler une année de ECL.

    Je ne vois pas une grande difference de jouer dans la AHL pour Slaf pour bruler une année de ECL.

  154. D’accord pour la OHL pour Slaf. J’aimerais le voir dominer quelque chose dans la durée (sa saison dernière est loin de cela). Et non pas dans de courts tournois avec un pays qui n’a pas grande chance de gagner. Je suis beaucoup plus enthousiasmé par Owen Beck, mais lui aussi devrait aller junior.

  155. Le CH n’a pas à monter un jeune joueur rapidement, Slaf ou un autre. Tous les joueurs toujours d’âge junior devraient retourner dans le junior, y compris des gars comme Miguel Tourigny qui peut retourner jouer junior comme joueur de 20 ans.

    Dans un autre ordre d’idée, plusieurs commentateurs avaient laissé entendre que Jayden Struble refuserait de signer un contrat avec le CH à la fin de sa 4e saison en NCAA. Celui-ci a mis à jour son profil Instagram avec une photo de lui avec un chandail du CH, et la mention “No worries”, donc, pas de soucis.

    Voilà qui vient renforcer encore plus le pipeline du CH en défense. Pour moi c’est Guhle, Harris, Barron, Mailloux, Struble, Xehkaj, Norlinder, Trudeau, Engstrom, Fairbrother, Kostenko, Sobolev, Hutson, Tourigny, Nurmi. Mailloux et Hutson étant les deux avec le potentiel de faire le plus grand saut dans ce classement.

    Mailloux a tellement de talent et il a le gabarit de l’emploi. Hutson a aussi beaucoup de talent, mais il est actuellement beaucoup trop petit. S’il a une poussée de croissance tardive, il pourrait devenir un coup de circuit, mais ça demeure très spéculatif. Si à 5’08” et 1/4 sa croissance est terminée, ce sera impossible pour lui de jouer comme défenseur complet à cette taille dans la LNH. C’est pourquoi je le classe si loin, mais je ne nie pas ses habiletés et son sens du jeu, mais la tâche première d’un défenseur est de bien défendre.

    https://twitter.com/GinoDL13/status/1572304227644342272

  156. @Opeth
    Torey Krug mesure 5’09”, alors si Hutson pouvait prendre un pouce, ce serait possible pour lui. Mais Krug est à 194 livres. C’est donc plus le poids qui pourrait représenter un problème pour Hutson selon moi. Il semble peser environ 158 livres, ce qui est beaucoup trop peu pour un défenseur. Il devra prendre au moins 20 livres et idéalement plus de 30 pour devenir un joueur d’impact. Sinon, il sera uniquement un joueur de supérioté numérique, à moins qu’il décide de jouer à l’avant. Il a vraiment des habiletés extraordinaires, alors j’espère qu’il réussira à se développer physiquement.

  157. Le texte de Mathias aujourd’hui pourrait très bien s’appliquer à Slafkovsky. Il demande de diminuer nos attentes pour Beck et qu’il devrait être renvoyé dans le junior pour améliorer ses statistiques de l’an dernier. Je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas s’appliquer pour Slafkovsky également. S’il n’était pas un choix de début de 1ère ronde (premier au total de surcroît), on n’aurait probablement même pas de discussions à savoir s’il doit jouer dans la LNH cette année ou non. Le rang de sélection ne devrait pas être un facteur pour décider si un joueur est prêt ou non.

    https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2022-09-28/rondelle-libre/les-attentes.php

  158. @jonathan

    Oui mais Mathias a poussé Slafkovsky très fort comme le choix incontournable pour le CH au 1er rang. Son ego l’empêche donc d’être cohérent entre Beck et Slaf. Je sais déjà ce qu’il répondrait pour défendre sa position sur Slaf. Il reviendrait sur le fait que Slaf mesure 6’03” et pèse 238 lbs. À ce compte là, bien des taupins auraient dû faire la LNH à 18 ans. En plus, Mathias continue de déblatérer sur Shane Wright à la radio, disant que c’est une prima donna. Au-delà de Beck et Slaf, je trouve Joshua Roy très discret à date. Avec le CMJ il a eu un horaire chargé, mais lors du premier match hors concours, il est encore apparu peu dynamique. Son coup de patin demeure un problème.

  159. On dirait que le camp d’entraînement n’a pas commencé. C’est le calme plat sur ce blogue. Peu d’incitation à écrire car c’est comme écrire dans le vide.

  160. J’ai écouté une bonne partie du match d’hier et ce fut vraiment une perte de temps. J’espère qu’ils feront des coupures aujourd’hui. La ligne de centre d’hier était Evans, Beck, Schnarr et Stephens. Il y a seulement Evans qui devrait normalement débuter l’année à Montréal et ce, comme 4e centre. Le point positif, c’est que Montembeault a été excellent. J’ai hâte de voir Slafkovsky avec des joueurs régulieurs. Pour l’instant, il est très décevant.

  161. Loin de moi l’idée de commenter en mal un joueur après seulement 2 p’tits matchs qui ne comptent pas MAIS… J’ai trouvé que Slaf était extrêmement lent dans ses départs, aucune explosion. Il est toujours à essayer de jouer du bout du bâton parce qu’en retard sur les jeux, c’est déconcertant. En espérant que ce ne soit qu’une période d’adaptation et qu’il reverra sa routine d’entraînement. Il semble beaucoup trop costaud et pas assez flexible. Je me croise les doigts pour qu’il soit renvoyé dans les mineurs.

Laisser un commentaire