Bergevin: Stop ou encore?

Comme mentionné sur le sujet précédant, à la fin de cette saison, Marc Bergevin complétera sa neuvième saison comme directeur général des Canadiens de Montréal. À moins d’une grande surprise, qui mènerait le club loin en séries cette année, il y en aura pour dire que le club végète et qui demanderont sa tête. Le bilan de Bergevin est certes mitigé, et je pense qu’il est légitime de se demander si il devrait rester en poste. Après tout, il n’a pas vraiment fait de l’équipe une des meilleures de la ligue et il a eu suffisamment de temps pour le faire. Si à ses premières années, on pouvait l’excuser en prétextant qu’il ne pouvait faire de miracles avec ce dont il avait hérité de l’administration précédente, cette excuse ne tient plus. Le club actuel est totalement celui de Bergevin. Les deux seuls survivants de l’époque Gainey/Gauthier, il les a endossés complètement en leur offrant des contrats monstrueux. Je parle bien sûr de Price et Gallagher. Ceci dit, il reste encore quelques joueurs sur l’équipe qui proviennent directement d’échanges impliquant des joueurs de l’époque Gainey/Gauthier, Weber pour Subban, Tatar et Suzuki pour Pacioretty. Le reste est le fruit du repêchage, des échanges et des signatures faites par l’administration Bergevin.

Bien sûr, un élément qu’il faut continuer de garder en tête lorsqu’on analyse le bilan de Bergevin, jusqu’à date, est le contexte particulier dans lequel il se retrouve à Montréal et le mandat de faire les séries qui lui a toujours été donné. Bergevin a toujours souscrit à ce mandat dans ses déclarations publiques, et je pense que comme ancien joueur il adhère sincèrement à cette idée. Cette volonté de se battre pour faire les séries à chaque année est inscrite en lui. Il y croit. Je mentionne cela car plusieurs de ses détracteurs lui ont reproché de ne jamais avoir été prêt à payer le prix d’une descente volontaire au classement. De ne jamais avoir adhéré au concept de reconstruction totale. Il est important d’établir ce point car la faiblesse flagrante de l’édition actuelle du CH est l’absence dans son alignement d’un ou deux joueurs de très haut calibre. Le genre de joueur à la Crosby, McDavid ou Matthews qu’on obtient génralement en repêchant premier au total, ou en tombant sur une très bonne année pour avoir un choix top-5 et un peu de chance. Le CH a repêché deux fois top-5 sous Bergevin, en fait, deux fois au rang #3, et ce n’était pas dans des années exceptionnelles. Pour 2012 on en est certain, et pour 2018, il ne semble pas y avoir de Draisatl que le CH aurait pu prendre à la place de Kotkaniemi.

Ceci étant établi, le bilan de Bergevin doit être interprété à l’aune de ce constat. Le club n’a pas de joueur de très haut niveau pour des raisons de philosophie d’organisation et par absence de chance les deux années où il a piqué du nez au classement. Ceci dit, de très bons joueurs peuvent être obtenus au repêchage sans finir parmi les derniers, mais le club n’a repêché dans le top-20 que deux fois lors des six premières années de Bergevin, et cela donne Drouin et Anderson à l’équipe actuelle. Les quatre autres choix de première ronde étaient tous des choix tardifs, #25, #26, #26, #25. Scherbak et McCarron ont été des flops et Juulsen a été fortement ralenti par les blessures. Il reste donc Poehling comme espoir direct de ces six premières années en première ronde. Celui-ci a 10 points en 13 matchs actuellement à Laval, dont six à ses trois derniers matchs. Il semble en voie de devenir un joueur de la LNH. Sinon, Bergevin a eu trois autres choix top-20, Kotkaniemi, Caufield et Guhle. On sait déjà que Kotkaniemi sera bon, on ignore juste jusqu’à quel point il le sera. Caufield a un talent de marqueur qui semble vraiment spécial à un niveau de jeu inférieur, la seule question dans son cas demeure sa taille. Si il était plus imposant physiquement il serait considéré sans aucun doute comme une future vedette. Guhle lui semble un futur défenseur top-4 assuré. La question est de savoir s’il pourra devenir un défenseur de première paire.

Ce qu’on semble pouvoir conclure du repêchage de Bergevin en première ronde, c’est qu’il a fait un bon travail, avec Timmins, dans le top-20, mais, sans surprise, cela a été plus mitigé lors de ses quatre choix vers la fin de la première ronde aux rangs #25 et #26. Ces quatre choix sont survenus lors de ses six premières années, ce qui n’aide pas beaucoup l’alignement actuel, surtout que le seul choix qui semble avoir été bon, Poehling, est le dernier du lot, en 2017, et que le joueur n’est pas encore tout à fait prêt à contribuer. Par rapport au repêchage, il est aussi à noter qu’il y a eu un changement clair de stratégie à partir de 2018 où le club a décidé d’adopter l’accumulation de choix pour augmenter ses chances de succès. Il est encore trop tôt pour porter un jugement définitif sur cette approche, car les joueurs repêchés sont encore trop jeunes, mais ça semble fonctionner et des observateurs extérieurs considère actuellement que le pipeline de prospects du club est un des meilleurs de la ligue.

Pour le reste, le travail de Bergevin consiste à effectuer des échanges et à faire signer des contrats, soit à ses propres joueurs ou bien à des joueurs autonomes. Je pense que la feuille de route de Bergevin au niveau des échange est claire, il est un des meilleurs de la ligue à cet égard. Il perd pratiquement jamais un échange et il a réussi plusieurs coups fumants, Danault-Romanov, Suzuki-Tatar, Petry, Anderson, Allen et Armia. Le seul échange plus mitigé est celui de Drouin pour Sergachev. On peut dire qu’il l’a perdu, mais pas par une marge énorme. Sergachev ne paraîtrait pas si bien s’il était resté à Montréal. Finalement, on en vient à la faiblesse de Bergevin, les offres de contrats. Il a réussi quelques bons coups en début de mandat avec Pacioretty et Gallagher, mais depuis ce temps c’est très difficile à ce niveau. Price, Alzner, Subban, Gallagher #2, Anderson et Byron sont autant de mauvais contrats ou de contrats trop généreux, tout cela sans compter les offres de contrats faites où le refus du joueur ciblé l’a sauvé, Lucic, Duchene et Gardiner. Ajoutez à cela l’offre hostile à Sebastian Aho qui demeure difficile à comprendre tellement elle avait peu de chance de réussir. En cas de réussite, Caufield, Struble et Fairbrother ne seraient pas dans le pipeline du club. Vous me direz que vous feriez cet échange aujourd’hui, mais on ignore ce que donneront ces trois jeunes joueurs, et l’ajout de Aho n’aurait pas fait du CH un aspirant à la coupe pour autant. Ce geste ressemblait à un geste de panique pour améliorer le club à court terme dans le but de faire les séries. Toujours le même objectif qui teinte la ligne directrice du club, Bergevin ou pas. Cette ligne directrice relève de Molson.

Au final, quelle conclusion tirer des années Bergevin jusqu’à maintenant? Personnellement, j’y vois une organisation qui en début de mandat s’est accrochée à un Carey Price à son meilleur et à un entraîneur mal aimé, mais aussi mal apprécié, Michel Therrien. Durant les années Therrien le club a connu passablement de succès, ce qui a mené à des choix de première ronde tardifs qui ont mal tourné. Avec le déclin de Price et le congédiement de Therrien, le club a connu des ennuis au classement. L’embauche de Claude Julien n’a pas permis de rétablir la situation, cela a mené au mandat du “reset” donné par Molson et exécuté par Bergevin, à qui on a donné une seconde chance. Celui-ci a fait du bon travail depuis le début de cette réinitialisation. La philosophie de repêchage du club a été modifiée pour le mieux. Plusieurs échanges favorables ont été conclus, mais la gestion des contrats demeure problématique. Ceci dit, je pense que Bergevin a appris en effectuant le travail. Il est à mon avis un meilleur DG aujourd’hui qu’à ses débuts, mais l’organisation dans son ensemble, en partant avec Molson manque encore de patience.

Comme je l’ai répété dernièrement, le club est assis entre le passé et le futur actuellement, ce qui donne encore des résultats mitigés sur la patinoire, mais si l’organisation a suffisamment de discipline pour persévérer avec leur pool de jeunes joueurs, des jours meilleurs sont à l’horizon. Il s’agit juste de ne pas paniquer pour un autre colmatage à court terme. La faiblesse de l’organisation demeure l’absence dans ses rangs d’un ou deux joueurs de très haut niveau, et il ne semble pas y en avoir dans les prospects non plus, mais il y a beaucoup de jeunes avec le potentiel pour devenir de très bons joueurs, juste pas du niveau de joueurs dominants. Je pense qu’il serait mal avisé de venir chambouler la direction de l’équipe en congédiant Bergevin, surtout si on demande à son remplaçant d’obtenir des résultats au plus vite. Ce serait la recette d’une autre rechute, d’un autre recul comme celui des mouvements de panique posés en vue du centenaire du club en 2008 et 2009. Bergevin n’est pas parfait, mais je pense que l’aider à améliorer sa faiblesse au niveau des contrats est la solution. Il s’acquitte bien maintenant du reste du travail et la profondeur de l’organisation est à un niveau inégalé depuis les meilleures années de Serge Savard. Je ne dis pas que le club gagnera la coupe dans les années à venir, dans une ligue à 32 équipes ce serait présomptueux que d’avancer une telle chose, mais je pense vraiment que le club approche du moment où il aura suffisamment de bons jeunes à maturité en même temps pour être une des bonnes équipes de la ligue.

L’état de la situation

Après un début de saison époustouflant, le CH se retrouve aujourd’hui en plein marasme, comme si le prince charmant s’était transformé en grenouille du jour au lendemain. Que s’est-il donc passé pour en arriver là de manière si brusque? À mon avis, le club est retombé dans un de ses travers habituels lors du premier match de l’année contre Ottawa. Ne craignant pas un adversaire qui en arrachait jusque là, l’équipe n’a pas mis la même ardeur au travail et la même concentration sur l’exécution lors de ce match. Résultat? Ils l’ont perdu, et à partir de là, tout a déboulé. Le doute était semé et les fissures dans la construction de Bergevin sont apparues et ne cesse de grossir. Le hockey est un sport rapide où la confiance individuelle et collective est essentielle. Quand cette confiance diminue, tout devient plus pénible et la synergie du groupe disparaît. On ne voit plus que des individus et leurs limites. C’est ce qui se passe actuellement.

Pour cette saison, Marc Bergevin a décidé de miser une dernière fois, je pense, sur ses deux joueurs les plus âgés et les mieux payés, Carey Price et Shea Weber. Il a fait des ajouts qui, sans contredit, améliorent l’équipe, mais il avait assumé que ses deux vétérans, ragaillardis par cette aide et par cette marque de confiance, seraient à la hauteur. Le problème c’est qu’ils ne le sont pas, en particulier Price. Je ne veux pas m’éterniser sur le cas du gardien vedette. Ceci dit, une chose est sûre dans mon esprit, un bon niveau de performance à la position de gardien de but est essentielle pour maintenir élevée la confiance des joueurs devant lui, et actuellement, c’est là où le jeu faible de Price coûte le plus à l’équipe car cela induit un cercle vicieux. Plus le gardien est faible, moins ses coéquipiers ont confiance, moins bien ils jouent devant lui et le gardien qui en arrache devient encore plus exposé.

Tout le monde savait qu’avec le trio Weber, Chiarot et Edmundson, le club allait être vulnérable en terme de mobilité, mais cette faiblesse ressort plus actuellement car le jeu collectif s’est dégradé. L’idée de Bergevin était que cela allait être un avantage en séries, mais si les choses ne changent pas, cela pourrait empêcher le club de faire les séries. Une autre chose que tous les observateurs le moindrement avisés savaient, avant même le début de la saison, c’est que Bergevin prenait un pari à la position de centre. Il voulait faire grandir trois jeunes centres en pensant que son équipe, dans l’ensemble, était assez bonne pour palier aux difficultés de croissance de Suzuki, Kotkaniemi et Evans. Il était tellement convaincu de cela, qu’il n’a pas hésité à jouer de rudesse avec Danault, son meilleur joueur de centre des dernières années. Le problème le plus aigu dans le jeu de Suzuki et Kotkaniemi, c’est leur faiblesse au cercle des mises en jeu. C’est à mon avis un problème énorme qui nuit beaucoup à l’équipe. Cela nuit à l’avantage et au désavantage numérique où le club n’a que rarement la possession de la rondelle dès le départ. Pour les mêmes raisons ça nuit aussi au jeu à forces égales. À cause de cette carence manifeste, le club montréalais perd un temps fou à courir après la rondelle et s’épuise à le faire et cela met de la pression supplémentaire sur la défensive.

Ce qu’on a vu hier, c’est un club plus intense en première période, mais qui s’est écroulé par la suite. Il faut dire que deux énormes erreurs d’arbitrage (coups sur Anderson et Perry non appelés) ont joué contre eux et auraient pu altérer le cours des choses si les arbitres avait fait leur travail correctement. L’arbitrage en défaveur du CH est un autre élément qui nuit à l’équipe, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’amélioration à apporter au niveau de la discipline, combien de punitions justifiées cette année pour avoir lancer la rondelle directement dans les gradins ou pour bâton élevé? Beaucoup trop. Sinon, hier, Ducharme a voulu établir sa ligne de base avec les vétérans du club. Price est revenu dans les buts, c’est Evans qui a été rayé de l’alignement. Le nouvel entraîneur a voulu remettre les compteurs de tout ce beau monde à zéro. Il a voulu leur démontrer de la confiance et tenter de bâtir là-dessus. À mon avis il n’avait pas d’autre choix. On a changé le coach car on ne pouvait pas changer 23 joueurs. Ducharme n’a pas le choix de faire avec ce qu’il a entre les mains et la suite ne sera pas facile. Ce n’est qu’à la fin de la saison que de réels changements à la structure fondamentale de cette équipe pourront être apportés. Je continue de croire que cette équipe est prise avec un problème d’âge. Ses joueurs les plus talentueux ont 12 à 15 ans d’écart en âge. Les plus vieux sont sur le déclin, et les plus jeunes ne sont pas encore prêts pour les grandes responsabilités. Il n’est pas difficile de savoir à quelle extrémité du spectre la solution se trouve.

Retour à la réalité

C’est vrai que les Leafs ont eu le meilleur sur le CH hier soir, avec mon commentaire hier soir sur l’arbitrage déficient je ne tentais pas de leur enlever le crédit. N’empêche que l’arbitrage a joué un rôle dans le résultat final. Notre gardien s’est encore fait battre dans les coins supérieurs. C’est simple, si un club, un soir donné, arrive à atteindre ces deux cibles, les chances de victoire augmentent de beaucoup car Price est très rapidement sur ses genoux. Que faisait-il sur ses genoux sur le tir de 35-40 pieds de Holl? Aussi, j’ai trouvé que le duo Weber-Chiarot en a arraché solide, surtout Chiarot. Il s’est battu avec la rondelle toute la soirée, une patate chaude à chaque fois qu’elle se retrouvait sur sa palette et Weber n’était pas beaucoup mieux.

Ce n’est qu’un match, mais il me semble qu’on commence à voir des fissures dans l’alignement concocté par Bergevin. Danault et Tatar ne sont pas les mêmes en dernière année de contrat et les jeunes comme Suzuki, Kotkaniemi, Evans et Romanov sont toujours en développement. Le potentiel est là, mais il ne peuvent pas encore prendre un match en main contre de la forte opposition. Le seul joueur qui semble au sommet de son art est Petry. Les autres semblent tous limités d’une façon ou d’une autre, trop jeunes, trop vieux, ou avec une carence qui diminue leur capacité à jouer un rôle déterminant. Contre un club comme Toronto hier soir, cela a paru.

Encore une fois, ce n’est qu’un match et le CH a l’avantage de la profondeur. Il n’a pas le talent super élite que certains joueurs de Toronto possèdent, mais les deux derniers trios me semblent meilleurs pour Montréal, et le CH est aussi supposé posséder le meilleur gardien, mais celui-ci est aux abonnés absents depuis le début de la saison. Tout ça pour dire qu’il y a des signes qui devraient nous pousser à faire preuve de réalisme, et tant mieux si au final on est surpris. Si le club continue de jouer comme lors des trois derniers matchs, une place en séries n’est même pas assurée.

Le CH n’est pas bâti pour passer à l’étape “All in”

On entend souvent que la façon de gagner un championnat pour une équipe est de se bâtir une base solide tout en accumulant une bonne banque de prospects et de choix, et au moment critique, transiger ces jeunes actifs pour des vétérans de qualité et obtenir une équipe de calibre supérieur pour une courte période de temps, la fameuse fenêtre, où l’équipe pourra aspirer très sérieusement aux plus grands honneurs. Le problème avec cette stratégie c’est qu’elle n’est possible que si la base solide du club qui doit être là au préalable ne coûte pas trop cher et permet d’ajouter des vétérans de qualité, qui, par nature, gagnent des salaires assez élevés. Cette stratégie s’applique donc mal à un club qui compte déjà de nombreux vétérans qui accaparent une bonne portion de la masse salariale. À mon avis c’est le cas des Canadiens actuellement et pour les années à venir.

Marc Bergevin s’est lancé dans une ronde de signatures lors de l’entre-saison. Il a octroyé des contrats substantiels à Gallagher, Petry, Anderson, Toffoli, Edmundson et Allen qui viennent s’ajouter aux contrats très imposants de Price et Weber. Le club est déjà à la limite du plafond, tellement que Danault et Tatar, deux joueurs importants, doivent jouer cette saison sans nouveaux contrats. Dans tous les gestes posés par Bergevin au cours des derniers mois, il y a un côté clairement positif, soit que malgré toutes ses dépenses et ses engagements contractuels, le DG du CH n’a pas touché à ses jeunes joueurs et n’a pas échangé de choix top-60. Il a donc préservé ce qu’il a accumulé au cours du fameux “reset”. Cette richesse du CH en jeunes actifs en fait rêver certains au fameux “All in”. L’idée étant que Bergevin pourrait transiger certains de ces jeunes prospects de qualité, et aussi des choix de repêchage à venir pour aller chercher des joueurs établis de qualité qui amélioreraient son équipe immédiatement et en ferait un aspirant de premier ordre. Le problème avec cette idée séduisante et à courte vue, c’est que le club ne peut accueillir de joueurs de ce type car ils sont bien payés et le club n’a pas de marge de manœuvre salariale. Il est donc impossible d’ajouter du salaire.

Cette situation ne s’applique pas juste pour cette saison. Le club est pressé contre le plafond salarial et cela sera le cas pour les années à venir. Tout ce que Bergevin pourra faire, c’est remplacer des vétérans à forts salaires par des jeunes à faibles salaires. En fait, sa réserve de prospects est la clé de voute de sa stratégie actuelle. Il l’a lui-même déclaré cet automne. L’élément critique pour l’équipe au cours des prochaines années, pour se maintenir, sera sa capacité de remplacer des vétérans dans l’alignement par de jeunes joueurs qui pourront faire le travail. Le pipeline du club ne sera donc pas dilapidé dans une poussée à court terme, impossible de toute façon sous le plafond salarial, mais ce pipeline est la base de la stratégie du club pour les années à venir. Bien sûr, pour que cette stratégie fonctionne, les espoirs du clubs devront en majorité remplir leurs promesses. Les Suzuki, Kotkaniemi et Romanov semblent en bonne voie de s’établir avec l’équipe, mais d’autres devront suivre dans le futur assez proche. Il faudra aussi que les vétérans du club sous contrats à long terme demeurent assez bons pour être échangeables le moment venu. Si “All in” il y a, c’est durant les derniers mois qu’il a eu lieu. Le problème, c’est que malgré l’amélioration du club, celle-ci semble insuffisante pour faire du CH un aspirant réel à la coupe. Bergevin a décidé de miser sur Price et Weber en les entourant mieux cette année, mais dès l’an prochain les choses vont se compliquer. Danault et Tatar, deux joueurs encore très importants pour l’équipe actuelle deviendront UFA à la fin de la présente saison. Ils ne sont pas encore partis, mais les garder impliquerait d’échanger d’autres joueurs à forts salaires.

On voit bien que le CH est déjà totalement investi au niveau contractuel et qu’il n’y a pas d’ajout possible. Tout ce qui sera possible pour le futur prévisible ce sera des choix d’allocations salariales. Par exemple, Price et Weber comptent pour 18.25 M$ sur la masse salariale de l’équipe. Il est clair que la résolution des contraintes salariales de l’équipe passera à un moment donné par le départ d’un de ces deux joueurs, ou même des deux. Par exemple, l’échange de Shea Weber à la fin de la saison dégagerait assez d’argent pour garder Danault et Tatar. Le club préserverait ainsi sa profondeur à l’attaque et devrait trouver le moyen de palier à la perte d’un Weber vieillissant. Ensuite, quand Suzuki et Romanov voudront passer à la caisse à l’été 2022, le départ de Price pourrait être la solution. Bien sûr, cela suppose que Cayden Primeau soit prêt à prendre la relève à ce moment-là. Le départ de Weber implique que Romanov s’impose et puisse remplacer Weber sur le côté droit. Vous me direz qu’il y a bien des des choses qui devront bien tourner avec les jeunes du club, c’est vrai, mais Bergevin s’est placé dans une situation où le succès assez rapide de certains de ses jeunes est sa seule porte de sortie pour maintenir l’équipe à un niveau élevé.

En attendant qu’ils s’entendent

Aura-t-on droit à une saison de hockey? On entend dire que oui, mais l’évolution catastrophique du virus aux États-Unis laisse songeur.

Pour ce qui est du CH, disons que j’ai eu le temps de digérer ma déception face à la rechute de Molson et Bergevin. La situation salariale de l’équipe pourrait rapidement devenir problématique si certains joueurs ne sont pas à la hauteur et le club risque toujours de perdre Danault et Tatar pour rien l’été prochain. Je me console en me disant que Bergevin n’a pas touché à ses jeunes joueurs. Il s’est juste mis dans un carcan salarial à long terme dont il pourrait être impossible de se défaire totalement.

Price, Weber, Gallagher et Anderson sont pour moi les quatre joueurs surpayés pour trop longtemps de l’organisation. Le plan de Bergevin repose dans les mains de ces quatre joueurs. Si ils sont à la hauteur au cours des deux prochaines saisons, il ne devrait pas y avoir de problème. Toutefois, si ils se révélaient ordinaires, le club serait dans le trouble car une sous-performance de leur part les rendraient inéchangeables et pourrait forcer l’échange d’autres joueurs productifs plus jeunes. Au contraire, de bonnes performances de ces quatre vétérans à gros contrat laisseraient toutes les options ouvertes pour le DG. Si les jeunes s’imposaient et devenaient en droit de gagner beaucoup, Bergevin aurait le loisir d’échanger certains de ses vétérans pour faire cadrer sa masse salariale.

Tous les partisans du CH, les journalistes et les commentateurs sont contents. Ils sont excités. Il ont obtenus les actions à court terme qu’ils chérissent tant, toutefois, si le plan se révèle un échec, ils seront les premiers à blâmer Bergevin et à décréter que c’était vraiment une mauvaise idée que d’octroyer tous ces contrats. Tout ça sans oublier que même en cas de succès cette année, Danault et Tatar sont en route pour le statut d’agents libres sans restriction. L’organisation semble a donc miser beaucoup sur une saison qui pourrait ne pas avoir lieu. Il y a de quoi laisser songeur.

La rechute

L’organisation des Canadiens de Montréal vient de confirmer qu’elle est comparable à un joueur compulsif. Elle avait pourtant été en thérapie et se tenait loin du casino depuis quelques années. L’observateur naïf que je suis pensait qu’elle était finalement guérie de cette maladie, du moins, je l’espérais. En fait, je voyais venir la rechute depuis un certain temps, mais j’espérais que les circonstances sauvent la direction du CH d’elle-même, et quand je parle de direction, j’inclus Geoff Molson au premier chef. J’espérais donc le refus de certains joueurs de signer à Montréal, ou des demandes beaucoup trop élevées de leur part qui freinerait le “gambler” tricolore. Malheureusement, la pulsion du jeu et du risque a été plus forte que tout. L’organisation montréalaise est bel et bien en rechute.

En entrevue en septembre 2019, Geoff Molson avait pourtant parlé d’une équipe qui deviendrait très compétitive dans trois ans. Voilà qu’un an plus tard il joue à la roulette comme s’il n’y avait pas de lendemain. Le club n’a pas agit ces derniers jours comme un club qui vise le succès réel dans deux ans. Il a agit comme un club qui vise les grands honneurs tout de suite et qui ramassera les pots cassés plus tard si ça ne fonctionne pas.

Dans toute cette histoire, pour le moment, il n’y a qu’un point positif, mais il est fondamental, Molson et ses employés n’ont parié qu’avec l’aspect salarial de l’équipe. Ils n’ont pas touché au pool de jeunes joueurs prometteurs, mais en mettant à risque la capacité salariale de l’équipe pour l’avenir, ils mettent à risque leur capacité à garder certains de ces jeunes joueurs dans le futur. Le risque inconsidéré du club est donc au niveau de la capacité salariale, c’est-à-dire la capacité future du club à avoir l’espace salarial nécessaire pour payer de très bons jeunes joueurs émergents. Les contrats de Price et Weber étaient déjà risqués à moyen terme, là le club vient d’ajouter Anderson à long terme et devrait doubler sa mise bientôt avec une prolongation de contrat à Gallagher. Ça fera environ 30 M$ immobilisés dans quatre joueurs qui auront beaucoup de difficultés à justifier la ressource salariale qu’ils accapareront.

Le CH a donc encore tous ses jeunes joueurs prometteurs, mais pourra-t-il les garder tous, ou sera-t-il forcé d’en échanger certains simplement par incapacité salariale? Peut-être, aussi, devra-t-il se servir de certains d’entre eux dans le futur en les ajoutant à des transactions de débarras de mauvais contrats? Le club a préféré miser sur les deux ou trois années potables que peuvent peut-être encore donner Carey Price et Shea Weber, plutôt que d’aller jusqu’au bout de la logique du plan de renouveau entrepris en 2018. En plein milieu du processus la direction du club a renoncé, malgré le fait que cette nouvelle approche semblait apporter des résultats prometteurs. Il fallait juste avoir la discipline et la patience nécessaires, mais ces notions sont étrangères au joueur compulsif en pleine rechute. Maintenant, ce sont les partisans comme moi, ceux qui croyaient au processus de rajeunissement, qui doivent se croiser les doigts et espérer que l’organisation aura de la chance, car c’est maintenant en bonne partie à la chance qu’elle semble vouloir s’en remettre pour gérer cette équipe.

Descendre pour mieux remonter

Sur le fil précédant on remettait en question l’échange Drouin/Sergachev allant jusqu’à dire qu’il était pire que l’échange McDonagh/Gomez. Je m’insurge contre cette affirmation. Ça ne se compare même pas. Gomez était un trentenaire sur le déclin et surpayé, Drouin n’avait que 22 ans au moment de l’échange et une saison de 53 points en banque. Aussi, Sergachev est tombé dans un club paqueté. Penser que son développement aurait été aussi bien à Montréal qu’à Tampa n’est pas réaliste. Tu passes d’un club qui rate les séries à un club aspirant à la coupe. Cooper a eu tout le loisir de protéger Sergachev des minutes difficiles. L’inverse est aussi vrai, Drouin est parti d’un club aspirant pour un club qui n’avait même pas encore pris la décision du “reset”. C’est tout dire.

De plus, si Sergachev reste à Montréal, le CH se lance-t-il dans le repêchage de nombreux défenseurs gauchers? Romanov, Struble, Norlinder et Harris sont-ils dans le pipeline du club? On ne le saura jamais, mais il loisible de penser que le club aurait focalisé plus sur des avants sans Drouin dans l’équipe et avec Sergachev. C’est comme la question de Radulov, si le CH le prolonge, Kotkaniemi et Suzuki sont-ils avec le CH aujourd’hui? Cette fois-ci, ce n’est pas une question de besoin positionnel qui est en jeu, c’est une question de performance de l’équipe. Avec Radulov le club ne serait pas tombé aussi bas en 2018, probablement pas assez bas pour repêcher Kotkaniemi, puis un Radulov sur le trio de Pacioretty fait peut-être en sorte que l’échange avec Vegas n’a jamais lieu. C’est bien des suppositions, je sais, mais l’important c’est de regarder la globalité des choses et voir où le club en est vraiment. Le CH entre dans une phase où il y a une relève prometteuse dans les buts et en défense. Il a aussi deux jeunes joueurs de centre comme le club n’a pas eu depuis très longtemps. La position d’ailier demeure à améliorer, tant au niveau de la qualité offensive que du gabarit physique, mais ce n’est pas un désastre non plus, et le DG du club a du matériel et la redondance potentielle à certaines positions pour travailler à régler ce problème. Aussi, Drouin n’a pas dit son dernier mot. À sa première saison à Montréal il est arrivé dans un club où les deux premiers centres étaient Plekanec et Danault. Un Plekanec au bout du rouleau et un Danault qui n’était pas celui d’aujourd’hui. On est loin de Stamkos, Point, Gourde et Johnson.

Tout ça pour dire que, dans l’absolu, le CH ne referait probablement pas la transaction Drouin/Sergachev. Mais on vit dans un monde de relativité où un geste posé aujourd’hui peut avoir une influence importante pour très longtemps. Parfois le pas de recul est ce qui mène à une prise de conscience qui permet de mieux rebondir. Moi j’ai tendance à voir l’échange de Sergachev comme un point tournant qui a changé la façon de faire de l’équipe. La saison suivant cet échange a été désastreuse, le club a fini troisième pire de la ligue, et depuis ce temps Bergevin accumule des choix et repêchage. De plus on a échangé deux joueurs importants en Pacioretty et Galchenyuk pour un très bon retour.

Moi je vois un fil d’événements qui a mené à la situation actuelle. Le refus de surenchérir pour Radulov est un peu le point de départ, car cela a mené à l’acquisition de Drouin pour compenser cette perte à l’aile, mais aussi au repêchage de Kotkaniemi par la suite et peut-être à l’échange de Pacioretty car Drouin n’a pas su remplacer l’apport de Radulov. Cela ne veut pas dire qu’il n’y arrivera pas dans l’avenir. On ne saura jamais où en serait l’équipe si Bergevin avait décidé de ne pas faire ce fameux échange, mais une chose que je sais, c’est que j’aime ce qui a suivi et j’aime la position du club à l’heure actuelle.

Garder le cap

Le Presse a de la misère avec ses journaliste qui suivent le CH, après Labée, c’est au tour de Lefrançois d’y aller d’un article difficile à comprendre et qui contredit d’une certaine façon celui de Labée.

Guillaume Lefrançois, généralement pas mauvais, rapporte que selon une analyse statistique de son journal le CH aurait un mauvais club école lorsqu’on compare le nombre de matchs joués en AHL par les 12 attaquants et huit défenseurs les plus utilisés du CH en séries et ceux des huit clubs qui ont passé au deuxième tour des présentes séries. Important à noter, les matchs joués en AHL qui sont comptés n’incluent que ceux joués avec l’équipe actuelle des joueurs impliqués. Donc, par exemple, les nombreux matchs en AHL de Danault ou Tatar ne comptent pas.

Au yeux du journaliste de LaPresse, cet exercice alambiqué est supposé rendre compte de la qualité du club école du CH. C’est totalement ridicule et ça ne tient absolument pas la route. Cet exercice révèle plus la façon dont une équipe a été construite et la qualité de son repêchage de profondeur il y a plusieurs années. Si un club a été bâti par des transactions, UFA, ballottage et qu’il contient plusieurs joueurs qui n’ont pas ou peu joué en AHL, il est clair que ce club paraîtra mal dans une telle compilation.

Si on fait le compte chez le CH des joueurs issus d’échanges, agent libres, du ballottage ou qui ont peu ou pas joué en AHL pour le CH on arrive à ceci: Domi, Drouin, Danault, Tatar, Armia, Byron, Weber, Petry, Chiarot, Kulak, Ouellet, Suzuki, Kotkaniemi, Lehkonen, Mete. Ajoutez à cela Gallagher qui a joué une demie saison en AHL seulement à cause du lock-out, et Price qui a joué le gros de ses matchs en AHL en séries alors qu’il était toujours d’âge junior.

Au final, ce que cet exercice montre vraiment est que le CH a été un club impatient qui a négligé le repêchage pendant 10 ans (2008 – 2017) dans le but de faire les séries à chaque année. Les joueurs qui jouent assez longtemps en AHL sont généralement des choix de fin de première ronde et des rondes suivantes et le CH a donné plein de choix de 2e et 3e ronde, et il a raté son coup avec ses choix tardifs de 1e ronde. Il a raté son coup lors de la sélection des Leblanc, Tinordi, Beaulieu, Collberg, Thrower, Fucale, DeLaRose, Scherbak, pas dans leur développement. 2012 et 2013 ont été des années atroces en 2e ronde où le CH avait concentré ses choix. Lehkonen est l’unique bon choix et il est passé directement avec le grand club.

Je ressasse tout ça pour montrer que tout ça n’a rien à voir avec le club école d’aujourd’hui. En plus, dans le même journal, un journaliste écrit un jour que le futur c’est maintenant et appelle de ses vœux l’échange de jeunes actifs pour du renfort immédiat pour ne pas “gaspiller” Price, et le lendemain son collègue publie ce texte qui dénonce l’efficacité du club école de l’organisation. Donc, on demande une chose dans un texte, et on dénonce l’effet secondaire de cette chose dans un autre texte. Ça n’a pas d’allure car c’est contradictoire et les deux ont tort.

Labée a évidemment tort car il appelle le club à continuer d’y aller à court terme par voie d’échange de jeunes actifs et de signature d’agents libres, et Lefrançois a tort car il fait semblant d’ignorer l’histoire des 15 dernières années du club. Il ne parle pas du “reset” et du fait qu’il est bien trop tôt pour en mesurer les effets par le biais du club école, et même là, le “reset” peut donner de bons résultats et cela ne passera pas nécessairement, ou peu, par ce qui sortira du club école. Par exemple, si Romanov fait le club cet automne, il sera un fruit du “reset”, mais ça ne paraîtrait pas plus tard dans un calcul du nombre de matchs joués à Laval.

En conclusion, malgré le contenu contradictoire des papiers de Labée et Lefrançois, ils se rejoignent sur un point qui est une caractéristique fondamentale du journaliste québécois qui s’intéresse au CH, l’impatience. Labée est prêt à brûler tout de suite une partie de la récolte du “reset”, alors que Lefrançois, lui y va d’une analyse bancale qui n’attend pas le plein résultat du fameux “reset”, du changement de philosophie de repêchage et du renouveau du club école à Laval. Quand un changement de philosophie de repêchage commence en 2018, il est illusoire d’attendre des résultats à Laval deux ans plus tard. Donc, l’impatience, encore et toujours l’impatience, même si tous les signes précoces du changement de philosophie semblent indiquer que le CH est finalement sur la bonne voie. Le papier que ces journalistes devraient écrire en est un qui appellerait au maintient du cap actuel axé sur l’accumulation de jeunes actifs et la patience de voir le résultat.

+

https://www.lapresse.ca/sports/hockey/2020-08-25/l-apport-du-rocket-est-encore-inferieur.php

Kotkaniemi et Suzuki, ou quand le futur devient soudainement le présent du club

Oui Price a retrouvé son niveau des beaux jours, mais on savait déjà qu’il pouvait jouer à ce niveau. Weber offre un rendement surprenant pour un gars qu’on disait en perte de vitesse, mais ces séries inorthodoxes permettent à des vétérans comme lui de jouer reposés, ça s’applique aussi à Price. On savait déjà que Danault pouvait museler les meilleurs centres de la ligue à 5 contre 5. On savait que Suzuki venait de connaître une excellente saison recrue, mais on ne savait pas qu’il pouvait déjà jouer comme un vétéran contre de la très forte opposition. Mais surtout, plusieurs avaient relégué Kotkaniemi au rang des point d’interrogation. Même ceux qui n’ont jamais douté de son potentiel et du fait qu’il deviendrait un jour un très bon centre dans la LNH sont surpris d’un rebond si rapide et spectaculaire. Ce jeune est l’exemple parfait pour illustrer que la courbe de développement d’un très jeune joueur professionnel n’est pas toujours linéaire. Le rendement actuel de Suzuki et Kotkaniemi dans les deux sens du jeu, allié au jeune vétéran Danault permet actuellement au CH d’aligner son meilleur trio de centres depuis des décennies. Pour moi c’est l’élément qui permet d’expliquer le bond en avant que montre actuellement l’équipe. La faiblesse de très longue date de l’équipe est devenue une force. L’entraîneur peut rouler ses trois premiers trios avec beaucoup moins de soucis en tête et l’attaque est ainsi mieux répartie. L’équipe adverse ne peut pas se contenter de neutraliser un seul trio.

Le CH a joué aujourd’hui son meilleur match depuis très longtemps. Regarder ce feu roulant maintenir la pression sur l’adversaire durant presque tout le match était un plaisir. De quoi se réconcilier avec le hockey et avec cette équipe, et surtout, de quoi s’enthousiasmer pour son futur, même si il ne faut pas trop s’emballer. Il faut se souvenir des circonstances particulières actuelles. Comme mentionné ci-haut, il faut se rappeler que le fait d’être bien reposé favorise des vétérans comme Weber, Price, Byron et Petry. Aussi, j’en viens à me demander si le fait de ne pas jouer au Centre Bell n’aide pas l’équipe à jouer de manière plus relaxe sans la pression de la foule souvent impatiente de Montréal. Une chose m’apparaît sûre toutefois, ce club est sur la bonne voie et Bergevin et Molson doivent impérativement garder le cap. La plus grande nouvelle de la dernière année c’est que le club a misé juste avec Kotkaniemi et Suzuki. Il faut maintenant découvrir qui sont les autres perles du pool de prospects de l’équipe.

La fameuse fenêtre

Je reviens sur ma façon de voir la situation actuelle du CH. Ce club est actuellement en phase de construction. En d’autres mots, ce n’est pas un club à maturité, ce n’est pas un aspirant réaliste à la coupe. Il y a un problème toutefois, et celui-ci réside dans le double discours de l’organisation. D’un côté on se targue d’avoir un plan pour ultimement ramener la coupe à Montréal, et de l’autre, on s’entête à répéter qu’on veut absolument faire les séries à chaque année. Vous me direz que la direction du club ne peut pas dire qu’elle ne vise pas les séries. C’est vrai. Mais elle pourrait moduler son message autrement et sur un autre ton. L’emphase devrait être mise, au niveau de la communication, sur le but ultime, soit de gagner une 25e coupe. Faire les séries devrait être présenté comme un objectif subordonné à l’objectif principal. Cela impliquerait que les décisions stratégiques du club seraient toujours prises dans le but d’atteindre l’objectif principal. En des termes plus simplistes, Bergevin pourrait dire que les séries demeurent un objectif à court terme de l’organisation, mais qu’il ne fera rien pour nuire à l’objectif à moyen terme, soit de gagner la coupe.

Je rêve sûrement en couleurs en pensant que le CH pourrait présenter les choses de la façon dont je viens de le faire, mais je pense vraiment qu’à l’interne cette vision devrait être adoptée, et elle l’est peut-être. Il faut se rappeler qu’en août 2019, M. Molson avait déclaré être enthousiaste à propos de ce qui allait arriver à l’équipe au cours des trois à huit prochaines années. Donc, il y a un an déjà, M. Molson voyait le début de la fenêtre d’aspirant à la coupe commencer en 2022/23. Cela laisse encore deux ans à faire pour achever la construction et les plans de l’équipe devraient être axés sur cette fenêtre.

Cela m’amène à la marche à suivre d’ici la saison 2022/23. Si telle est ta fenêtre tu dois dès aujourd’hui déterminer qui parmi les joueurs actuels tu vois comme des membres de cette édition du CH, et la planification salariale doit être faite en conséquence. Donc, dans le cas de Domi, Danault, Gallagher, Tatar, Petry et Armia, les décisions prises cet automne, à la fin de l’actuelle saison, doivent l’être en pensant à 2022/23. C’est pour ça que je pense que des échanges sont inévitables. Si des joueurs parmi ceux-ci veulent accepter des contrats raisonnables et sans clauses de non mouvement ou de non échange complète, certaines décisions pourraient être repoussées, mais il est clair que le club ne peut s’embarquer dans une séries de contrats blindés à long terme.

Personnellement, je garderais Danault et Petry. Six ans et 36 M$ pour Danault et cinq ans et 30 M$ pour Petry. Pas de clause de non mouvement, seulement une clause non échange limitée où ils pourraient choisir 15 clubs où ils ne voudraient pas être échangés. Pour les autres, je les garderais seulement si ils acceptaient des contrats très raisonnables. Par exemple, si Tatar voulait prolonger pour deux ans à 5.5 M$ par année, je le garderais, même chose pour Armia, deux ans à 3.5 M$ par année. Pour ce qui est de Domi, ce n’est pas une question de contrat. Le gars veut jouer au centre et il n’y a pas de place pour lui à cette position à Montréal. Donc il devrait être échangé. Finalement, pour Gallagher, j’ai déjà donné mon avis. À moins d’un contrat du genre quatre ans pour 20 M$, il serait aussi échangé.

Le but de ces échanges ne serait pas d’affaiblir le club pour repêcher plus haut, mais plutôt de viser la fenêtre débutant en 2022/23 avec une masse salariale saine et sous contrôle. Dans un tel processus de construction, tu dois avoir confiance dans ta capacité de bien évaluer le talent. Ça veut dire avoir confiance dans le fruit de ton repêchage et dans ta capacité de conclure de bons échanges. Un bon échange ne veut pas dire d’avoir complètement le dessus sur l’autre équipe. Vegas ont obtenu un bon joueur encore très productif en Pacioretty, mais Tatar est un bon remplaçant, alors que dans cinq ans Suzuki et peut-être Norlinder contribueront à une équipe aspirante à la coupe. Il y a des échanges ou tu donnes une valeur sûre pour du très bon potentiel, souvenez-vous de l’échange Inginla pour Nieuwendyk. Dallas a gagné la coupe l’année de l’échange, et Calgary ont obtenu un joueur élite avec toute sa carrière devant lui. L’échange Pacioretty pourrait ressembler à ça dans 10 ou 15 ans. Comme je l’ai déjà dit, il sera impossible de répéter cet échange à l’identique, mais c’est la voie à suivre. Il faut essayer de conclure des échanges qui suivent cette ligne directrice. C’est la situation actuelle du CH et les deux ans avant la fameuse fenêtre qui commandent cette façon de faire. Le jour où le CH sera un réel aspirant, il sera temps de s’ajuster.

https://www.nhl.com/news/montreal-canadiens-owner-geoff-molson-on-future/c-308648758?wgu=273885_16644_15958965953983_280ced2ac3&wgexpiry=1603672595&CMP=AFC-4551_16644&network=wg