L’argent, toujours l’argent

Je relisais le titre du texte original du sujet de discussion précédant, “Il ne reste que le repêchage” et cette affirmation est aujourd’hui probablement fausse. La ligue s’entête à vouloir sauver une saison perdue. Quelle sera la valeur du résultat d’une telle saison? Une saison de la LNH est un comme un marathon en course à pied. C’est long et ça demande de l’endurance. Alors imaginez un marathon interrompu aux trois quarts du parcours et où l’on reprendrait la course après une longue pause pour le dernier quart avec tous les coureurs bien reposés, tellement que certains auraient perdu la forme optimale. Le résultat ne serait pas le même. C’est ce que la ligue tente de faire avec son projet alambiqué de saison été/automne. Aussi, comme si ce n’était pas assez distordu, on va prendre des coureurs éliminés, les ramener dans la course, ainsi, le résultat final restera toujours douteux, quel qu’il soit.

On aura droit à du grand n’importe quoi au niveau sportif pour essayer de perdre un peu moins d’argent. Pourtant, en 2004/2005, la LNH et l’association des joueurs n’avaient pas hésité à perdre une saison entière, incluant la coupe Stanley. Dans les deux cas les parties ont agi en pensant que les partisans seraient toujours là, peu importe ce qu’on leur faisait subir. La préoccupation première d’une ligue sportive devrait être l’intégrité du sport. En voulant sauver une saison malheureusement perdue, la ligue et les joueurs montrent que leur préoccupation première est encore et toujours l’argent.

N’oubliez pas que le plan actuel implique un gagnant de la coupe en novembre et le début d’une nouvelle saison juste après. C’est complètement ridicule car non seulement le résultat de la saison actuelle sera douteux, mais cette façon de faire viendra aussi ternir la saison suivante. Les clubs exclus des séries ne pourront rejouer avant décembre prochain, alors que les clubs qui feront le carré d’as risqueront l’épuisement professionnel. Deux saisons seront entachées au lieu d’accepter la perte de la saison actuelle.

Finalement, qu’en sera-t-il du repêchage? Aura-t-il lieu après la fin de la première ronde des séries à 24 clubs? Un club comme Montréal risque de perdre un choix top-10 à cause qu’on l’a inclus comme dernière équipe dans ces séries de pacotille. Les adeptes du “Une fois en séries, avec Carey tout est possible” se font aller ce temps-ci, ce qui aussi est ridicule, Mais même advenant une conquête miraculeuse de la coupe par le CH cet automne, le résultat serait toujours marqué d’un astérisque car le club était exclu de celles-ci selon les vraies règles. Finalement, tout ça pour dire qu’on prend les partisans pour des imbéciles, encore une fois, et qu’au fond, ce qui compte n’est pas l’intégrité d’un championnat sportif professionnel, mais l’argent qu’on pense pouvoir sauver.